L’expérience de la CNAM a échoué, selon le syndicat des pharmacies privées

« L’expérience du système de la Caisse Nationale D’assurance Maladie (CNAM) a échoué », a déclaré ce lundi 3 décembre 2018, Naoufel Amira, président du Syndicat des propriétaires des pharmacies privées sur les ondes de Shems fm.

Une déclaration qui vient du fait que « la CNAM se fait des économies sur le dos des malades, et ce, en refusant de rembourser ses cotisants », a-t-il dit, appelant au passage la CNAM à rembourser les malades en attendant de trouver une cadre juridique.

Car, selon lui, « ce système souffre de l’absence d’un cadre juridique qui régularise, par exemple, la relation entre la CNAM et les pharmacies ». « 70% des pharmaciens sont en difficulté à cause de la CNAM qui n’a jamais respecté l’accord signé avec les pharmacies », a-t-il ajouté.

Depuis des mois, la relation entre les professions médicales et la CNAM ne cesse d’être tendue à cause notamment du refus de la caisse de les rembourser.

En octobre, la coordination nationale du syndicat des professions médicales avait annoncé la suspension de tous les accords conclus avec la CNAM en raison du « du manque de sérieux de la part des autorités de tutelle lors des négociations et de la révision des accords sectoriels ».

Le 6 janvier dernier, l’intersyndicale des prestataires de soins privés avait déjà annoncé qu’elle n’appliquera plus le tarif des soins et honoraires conclus, depuis juillet 2008, avec la CNAM, cette dernière tardant à rembourser les praticiens (médecins, pharmaciens et biologistes) conventionnés et se dérobant à toutes discussions depuis près de dix ans !

Et même si la CNAM s’est décidée à payer une partie de ses dettes auprès des pharmaciens, estimées à 50 millions de dinars, leur colère est intacte.

Rappelons-le, le bureau national du syndicat tunisien des propriétaires de pharmacies privées avait décidé de ne pas renouveler l’accord sectoriel conclu avec la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) qui expire le 20 octobre 2018.

Les médecins dentistes de libre pratique, quant à eux, ont réagi depuis février dernier lorsqu’ils avaient décidé de mettre fin à leur relation contractuelle avec la CNAM en raison du non-respect de la caisse des articles de la convention signée en 2006.

Commentaires: