Le nouveau gouvernement passera-t-il le cap du vote de confiance des députés ?

Avec d’une part, l’UGTT qui fulmine et considère ne pas avoir été informée de la teneur du remaniement ministériel annoncé hier soir, la nouvelle formation gouvernementale a déjà du plomb dans l’aile et pourrait vite se retrouver dans le collimateur de la centrale syndicale.

De plus, la présidence de la République semble avoir une réaction mitigée et pourrait demander à consulter Youssef Chahed dont le cavalier seul se confirme de plus en plus.

Arithmétiquement parlant, le nouveau gouvernement ne devrait pas avoir de difficultés à obtenir la confiance des députés de la nation.

Toutefois, l’expérience nous a appris que nul n’est à l’abri d’une surprise et que les alliances peuvent toujours se retourner à la dernière minute.

De plus, le vote de confiance ne devrait pas ressembler à une promenade de santé pour le chef du gouvernement.

En effet, les débats pourraient être des plus vifs et certaines interventions des députés auront certainement la teneur des réquisitoires.

Par contre, dans l’opinion publique, le remaniement est plutôt bien perçu même si des bémols sont d’actualité en ce qui concerne le nombre de maroquins, la quasi absence des femmes et l’entente cordiale à valeur de nouveau consensus entre Chahed et les islamistes d’Ennahdha.

Normalement, la confiance devrait être rapidement obtenue par le nouveau gouvernement. Mais les cartes de l’opposition ne sont pas encore abattues et pourraient bouleverser la donne.

Commentaires: