Avec ses chansons rétro, Amina Srarfi enchante l’Octobre musical

Grosse affluence vendredi 12 septembre à l’Acropolium de Carthage pour le spectacle musical d’Amina Srarfi.

Intitulé « Mad’moiselle », ce spectacle est un retour sur le répertoire de la chanson tunisienne des années trente.

Avec des chansons de Hédi Jouini, Mohamed Jamoussi ou Chafia Rochdi, le programme interpellait le public dans ses tréfonds.

En effet, ces œuvres d’un autre temps sont demeurées extraordinairement présentes et il suffit de les fredonner pour faire renaître un cortège de nostalgies.

Le programme était en ce sens remarquable suscitant une pleine adhésion du public. Bigarrée, l’audience comprenait toutes les communautés tunisiennes. De fait, hier soir, Juifs, chrétiens et musulmans ont communié lors de ce concert œcuménique qui plus est se déroulait dans une ancienne cathédrale.

A vrai dire, on pouvait hier soir palper cette ambiance particulière qui régnait sur un Tunis du temps jadis où les chanteurs s’exprimaient dans plusieurs langues, riaient de tout et, surtout répandaient la joie.

Le public a retrouvé les airs de Louisa Tounsia, les chansons grivoises des fêtes d’hier et des standards de Line Monty ou René Perez.

La joie était perceptible avec une audience qui reprenait en chœur et des artistes qui donnaient le meilleur d’eux-mêmes.

On aurait dit l’ensemble musical surgi des limbes du passé tant les tenues étaient glamour et les attitudes conformes à une certaine tradition du music hall.

Cerise sur un gâteau qui comprenait les « Chéri Habitik », « J’aime le mariage » et autres « Lolita », l’apparition de Kamel Raouf Nagati chantant « Yasmina » fut un pur moment de bonheur.

Absolument festive, cette ouverture de l’Octobre musical restera dans les annales. En effet, pour la première fois, le plus classique des festivals musicaux s’ouvre sur ce répertoire réputé grivois et lui offre une visibilité inédite.

Après cette ouverture, le classique va vite faire de reprendre ses droits, avec dès ce soir, une soirée avec l’ensemble espagnol « Capella de ministers » qui interprétera des chansons, danses et improvisations du patrimoine espagnol du seizième siècle.

A découvrir absolument car il s’agit d’un hommage à Don Quichotte et Cervantès et que les musiciens dirigés par Carles Magraner sont précédés d’une solide réputation d’excellence.

Commentaires:

Commentez...