Tunisie : On diabolise la COLIBE

Tunisie : On diabolise la COLIBE

Par -
Bochra Belhaj Hamida, présidente de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE)

Bochra Belhaj Hamida brise le silence. Selon la présidente de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE), des parties sont en train de diaboliser cette commission.

Bochra Belhadj Hamida a révélé que le président du Mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a refusé la demande de la Commission de rencontrer ses membres contrairement à tous les autres partis politiques qui ont accepté de rencontrer les membres de la COLIBE.

Invitée sur les ondes de Jawhara fm, Bochra Belhadj Hamida a également accusé des imams de ne pas avoir lu le contenu des objectifs de la COLIBE et surtout de vouloir la diaboliser en diffusant de fausses vérités comme la légalisation du mariage homosexuel en Tunisie.

Selon elle, on fait tout faire avorter les travaux de cette commission en utilisant des faux profils sur les réseaux sociaux afin de diaboliser la COLIBE.

Le Parti Ettahrir parle de dislocation de la société

Par ailleurs, le Parti Ettahrir a critiqué, ce mercredi 8 août, le rapport de la COLIBE, qui, selon lui, vient « légitimer la dislocation de la société et son affranchissement de toute idéologie religieuse morale », rapporte l’agence TAP.

« La COLIBE n’est pas habilitée à traiter de questions qui touchent les constantes religieuses », a indiqué le parti islamiste lors d’une conférence. « Les membres de la Commission ignorent le fiqh islamique et ses sciences et ne sont pas dotés des mécanismes de la connaissance scientifique pour parler de la Chariâa », a indiqué le président du bureau politique du parti, Abderraouf Amri.

Mécréance

Créée en vertu d’un décret présidentiel n°111 daté du 13 août 2017, la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE), avait publié le 12 juin dernier son rapport final comportant ses recommandations jugées en conformité avec la Constitution tunisienne de 2014 et les obligations internationales du pays en matière des droits humains.

Présenté, le 8 juin dernier, au président de la République, le rapport a suscité une polémique et des réactions mitigées entre ceux qui ont approuvé son contenu et ceux qui l’ont attaqué allant même jusqu’à accuser les membres de la Commission, et en particulier sa présidente Bochra Belhaj Hmida, de mécréance.

Le rapport de la COLIBE réclame, notamment, l’égalité dans l’héritage, l’annulation de l’obligation de la dot dans le mariage et le délai de viduité, ainsi que l’égalité dans l’attribution de la nationalité et le choix du nom de famille, l’abrogation de la peine de mort et l’incrimination de l’incitation au suicide.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo