Après l’Université Zitouna, le syndicat des prédicateurs dénonce le rapport de la Colibe

Le rapport de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe) fait toujours couler beaucoup d’encre.

Après l’Université Zitouna, qui a estimé que ce rapport porte atteinte à l’Islam, à ses bases et à ses instructions, c’est au tour du syndicat de base des prédicateurs, relevant de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) de commenter l’affaire.

Dans un communiqué publié hier, jeudi 5 juillet, le syndicat a exprimé son « refus catégorique des propositions présentées dans le rapport de la Colibe ». Des propositions que le syndicat a qualifié de « contraires à la religion de l’Islam et destructives des valeurs familiales et des bonnes mœurs ».

« Certaines bases de la Chariaa ne peuvent pas être interprétées ou changées, souligne-t-on. « Le rapport comporte un nombre de suggestions qui porte atteinte à la nature humaine en général, et à l’identité tunisienne plus spécifiquement ».

Rappelons que la président de la commission Bochra Belhaj Hmida avait déclaré que « la crise économique et sociale ne doit pas priver les tunisiens de leur droit général à la liberté et l’égalité », soulignant l’importance de ce rapport une fois adoptée comme loi et ses répercussions positives sur la vie des Tunisiens.

Commentaires: