C’est à lui que la Porte de France doit son nom : Connaissez-vous Léon Roches ?

Longtemps, une rue de Tunis a porté le nom de Léon Roches. Il s’agit de l’artère qui relie la rue Al Jazira à la rue d’Allemagne et qui porte aujourd’hui le nom de Mustapha M’barek.

Se trouvant à proximité de Bab Bhar, la porte de Tunis qui donne sur la mer (d’où son nom), cette rue rendait hommage à Roches, un consul de France en Tunisie.

C’est Léon Roches qui avait convaincu le bey de l’époque de laisser la nation française construire son nouveau consulat hors les murs de la médina.

Et c’est ainsi qu’en 1861, l’ancien fondouk des Français de la rue de l’Ancienne douane avait été abandonné pour le nouveau consulat qui est devenu aujourd’hui l’ambassade de France.

En conséquence de ce déplacement, on commença à nommer cet accès maritime de la ville en utilisant l’expression Porte de France.

Nous continuons d’ailleurs à le faire sans toujours connaître l’origine de cette dénomination. Certains disent même – et de façon erronée – « port » de France.

Diplomate français, Léon Roches avait pris son poste de consul à Tunis en 1855. Auparavant, il avait connu les autres pays d’Afrique du nord: l’Algérie où il a appris l’arabe, servi comme traducteur dans l’armée et aussi comme secrétaire de l’émir Abdelkader; le Maroc et la Libye où il sera interprète pour le compte du ministère français des Affaires étrangères.

A Tunis, il était réputé pour sa bonne pratique de la langue arabe et aussi pour ses habits qu’il portait à la mode tunisienne.

Né en 1809, Léon Roches décédera en 1901. Après son poste de consul en Tunisie, il rejoignit le Japon où il fut ambassadeur de France de 1864 à 1868.

Commentaires: