Tunisie : Nidaa Tounes refuse une femme « cheikh »

Se décrivant depuis sa naissance comme un parti « défenseur des droits des femmes », Nidaa Tounes semble avoir dévoilé sa partie misogyne.

Invité dans l’émission Al Hadath sur la chaine MTunisia, dans la soirée du mardi 8 mai, le chargé de communication au sein de Nidaa, Fouad Bouslama a affiché clairement sa position contre la nomination d’une femme à la tête de la municipalité de Tunis. « On est un pays musulman après tout », s’est il expliqué.

Selon lui, la nature de la tâche du maire de Tunis ne peut pas être assurée par une femme.

« Comment une femme peut-elle être une « cheikh » ? Vous imaginez une femme la nuit du 27 du Ramadan (Laylat Al Qadr) dans une mosquée ? On a des traditions religieuses, malheureusement ! […] Moi je vois la femme dans des positions plus importantes que celle d’une « cheikh » de la Médina », a déclaré Bouslama, « On ne peut quand même imposer aux gens qu’une femme soit leur imam, ce n’est pas possible ! ».

Faut-il rappeler à M. Fouad Bouslama qu’un million de Tunisiennes ont choisi Nidaa Tounes lors des élections législatives, et que c’est grâce à ces femmes, auxquelles les traditions ne rendent pas justice parfois, que son parti est au pouvoir et que Béji Caid Essebsi est président de la République !

Si on se qualifie de parti progressiste qui lutte pour préserver mais surtout améliorer la condition de la femme tunisienne, il faut alors être progressiste. Réformiste, soit on l’est soit on ne l’est pas !

Rappelons-le, Souad Abderrahim, candidate d’Ennahdha aux Municipales à Tunis, est parmi les favoris pour occuper le poste de maire ou « cheikh ».

Mais le parti Nidaa Tounes serait en train de former une coalition avec L’Union Civile et le Front Populaire à la circonscription de Tunis 1, suite aux derniers résultats des Municipales, pour contrer Souad Abderrahim.

Nidaa avec ses 17 conseillers élus projette en effet de former une coalition avec l’Union Civile, 7 conseillers, et le Front Populaire, 4 conseillers, pour contrer la majorité d’Ennahdha dans cette coalition (avec 21 conseillers) qui planifie à son tour de former des coalitions avec d’autres listes pour renforcer sa majorité.

Wissem Saidi, leader au sein du parti Nidaa Tounes, a confirmé sur les ondes de Shems FM, que suite à ces coalitions en vue, c’est Kamel Idir, tête de liste de Nidaa Tounes à Tunis 1 , qui sera le maire de Tunis à l’issue de ces coalitions.

Commentaires: