Crise de l’enseignement : Taboubi promet un déblocage, Ben Salem s’excuse !

La situation inextricable dans laquelle se trouve l’enseignement secondaire, n’a d’égale que les réactions simplistes des acteurs de cette crise.

L’illustration de ce grand désordre est donnée par le Secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi et par le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem.

En réagissant à la grève des enseignants, ce mardi 17 avril 2018 en raison de la suspension des cours décrétée par la Fédération Générale de l’enseignement secondaire, relevant de l’UGTT, Noureddine Taboubi a assuré, aujourd’hui-même, dans une déclaration accordée à Jawhara FM lors du 23ème congrès ordinaire de l’Union régionale du travail de Nabeul « qu’une solution à la crise de l’enseignement sera trouvée dans les prochaines heures ».

A l’heure où les lycéens ont du rester chez eux, Noureddine Taboubi a réitéré l’attachement de l’UGTT à la réussite de l’année scolaire. Mais il a aussi appelé le gouvernement à assumer ses responsabilités et l’a accusé d’être « responsable du blocage du dialogue social », pointant notamment du doigt le ministère de l’Education pour sa position irresponsable

Pour sa part, le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem a présenté, ce mardi 17 avril, ses excuses aux professeurs, élèves et parents suite à cette suspension des cours.

Dans une déclaration accordée à Radio Tanwir – une web radio mise en place par le ministère de l’Education et inaugurée aujourd’hui – le ministre s’est excusé de cette situation inextricable indiquant que le gouvernement n’a pu convaincre l’UGTT du caractère exagéré des revendications de la Fédération Générale de l’enseignement secondaire.

Il a notamment déclaré que tout sera fait pour « redresser la situation », a signifié la disponibilité de son département à négocier, mais il a surtout appelé à cesser l’escalade et à éviter de « prendre les élèves en otage ».

Commentaires: