Entre Gafsa, Orbata et Es-Stah : Découvrir la route de la préhistoire

Entre Gafsa, Orbata et Es-Stah : Découvrir la route de la préhistoire

Par -
Djebel Orbata

L’une des routes les plus spectaculaires de Tunisie se trouve à la sortie de Gafsa, en se dirigeant vers ce qu’il convient bien de nommer le circuit des djebels.

J’emprunte cette route à chaque fois que j’en ai l’occasion car elle permet de relier Gafsa à Tozeur sans passer par la plaine et Métlaoui mais en rejoignant d’abord les oasis de montagne.

Cette route offre aussi bien des plongées dans la préhistoire tunisienne que la découverte de minuscules sites romains.

Le circuit commence avec une conviction relative à la beauté âpre et digne du panorama. Avec Djebel Orbata au sud et les djebels Assalah et Ben Younes au nord, l’oasis de Gafsa est enserrée par des massifs dénudés, dont les lignes et les couleurs ocres sont remarquables.

Si Orbata et ses mines de fer se trouvent plus au sud, vers la route de Gabès, le djebel Assalah est aux portes de la ville et abrite d’extraordinaires grottes aux richesses préhistoriques qui restent à découvrir pleinement.

Plus loin, la petite oasis de Sidi Ahmed Zarroug se trouve au pied de djebel Ben Younes. La route longe alors le djebel puis traverse une plaine. Il est alors temps de commencer la montée des flancs de djebel Es-Stah.

C’est assurément une route magique. Atteignant le sommet, on peut admirer la nappe brune de l’oasis de Gafsa. En poursuivant la route qui redescend, on atteint un plateau entouré de montagnes et la fameuse Garaet Edouza où se rassemblent les oiseaux migrateurs.

La route continue vers les oasis de montagne et les sites miniers de Om Laraiess et Redeyef. De là, on atteint le sommet du djebel Alima à partir duquel on aperçoit un saisissant panorama de la plaine du Djerid.

La route descend alors en lacets, à flanc de montagne, dans un incroyable paysage minéral. C’est ici que l’on peut reconnaître les fameuses escargotières où l’on trouve des éclats de silex et des outils préhistoriques, comme des pointes de flèches.

La route continue alors vers Tamarza, Midès et Chebika. On navigue au milieu des cailloutis quaternaires entre dépaysement et éternité, avant de rejoindre Tozeur.

Peu connue, cette route est incontestablement l’une des plus spectaculaires de Tunisie et aussi celle qui démontre que le bassin minier et ses environs pourraient devenir un pôle de tourisme culturel, sites préhistoriques, paysages imposants et ocres jebels à l’appui.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo