Naufrage à Kekennah : La justice militaire apporte des éclaircissements

Les investigations sur le naufrage de l’embarcation des migrants clandestins se poursuivent | CP : Ministère de la Défense nationale

L’équipe de plongeurs dépêchés sur les lieux du naufrage de l’embarcation des migrants clandestins survenu la nuit du 8 octobre au large de l’ile de Kerkennah après sa collision avec un navire militaire de la marine nationale, a localisé l’épave à 52 mètres de profondeur et repêché plusieurs corps, indique l’agence générale de la justice militaire.

Selon un communiqué rendu public ce jeudi 19 octobre par l’agence dont l’agence TAP a reçu une copie, l’équipe de plongeurs a repêché après plusieurs plongées deux corps restés dans la cabine de l’embarcation, dont une femme, et un troisième corps dans la salle des machines ainsi que d’autres corps à son bord et à proximité de l’embarcation.

L’équipe a pris également des photos et enregistré par vidéo le lieu du naufrage et l’état de l’embarcation coulée.

L’agence a indiqué d’autre part que le juge d’instruction militaire a désigné un expert civil dans le domaine maritime et un délégué auprès des tribunaux nationaux pour mener les expertises requises et approfondies pour déterminer les causes du naufrage.

Cet expert maritime sera autorisé à être secondé par un autre expert tunisien ou étranger « pour pouvoir déterminer avec précision et célérité les responsabilités ».

L’agence avait indiqué dans un précédent communiqué publié mardi dernier que les investigations sur le naufrage de l’embarcation des migrants clandestins se poursuivent à un rythme soutenu par le juge d’instruction militaire « conformément aux exigences d’indépendance de la justice, de la neutralité et des dispositions de la loi ».

Elle avait précisé qu’elle n’hésitera pas « à poursuivre tout un chacun dont la responsabilité a été prouvée dans l’accident quelque soit sa qualité ou sa position et rendra compte à l’opinion publique de l’évolution des investigations ».

Cette mise en garde intervient, ajoute l’agence, suite « aux informations colportées sur cet incident avec des versions fondées sur de simples extrapolations et pouvant influer sur le déroulement des investigations ».

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...