La loi régissant la question de l’héritage ne peut pas faire objet d’interprétation, selon l’université Zitouna

« Les savants islamiques et les experts dans les affaires religieuses doivent être consultés concernant le discours du président de la République portant sur la question de l’égalité homme-femme en matière d’héritage et le mariage de la femme musulmane avec un non-musulman.  Le rôle des établissements religieux et scientifiques dont l’université Zitouna, le conseil islamique supérieur, le ministère des Affaires religieuses et la maison d’El Iftaa, doit être réactivé », a déclaré le conseil de l’université Zitouna.

Dans un communiqué rendu public, le conseil a appelé le mufti de la République à préciser les règles de la chariaa concernant ces deux affaires évoquées par le président de la République.

Selon le conseil, l’initiative présidentielle est contraire aux dispositions de la constitution.

Les lois régissant la question de l’héritage fait objet d’une unanimité irréfutable et ne peuvent en aucun cas faire objet d’ijtihed ou d’interprétation. De même pour le mariage d’une musulmane avec un non musulman qui est aussi interdit à l’unanimité, ajoute le communiqué.

Commentaires: