Syphax : L’avocat Ezzedine Mhedhebi porte plainte contre Mohamed Frikha

Syphax : L’avocat Ezzedine Mhedhebi porte plainte contre Mohamed Frikha

Par -

L’Affaire Syphax continue de soulever des vagues sur tous les plans, principalement sur le plan judiciaire puisqu’elle traîne encore en longueur, et qu’elle semble partie pour s’étirer encore pendant longtemps tant que l’on n’a pas levé le voile sur tous les mystères qui l’entourent et les multiples irrégularités qui la frappent.

Jusque-là, les affaires et les plaintes judiciaires qui concernent la société Syphax et soulevées par ses clients ou ses fournisseurs ou ses employés ou encore ses créanciers n’ont pas encore abouti à des solutions équitables.

Au contraire, elles préconisent entre autres la création d’une autre société voire l’effacement des créances de Syphax dues aux sociétés publiques de plusieurs dizaines de nos milliards. Si on ajoute les sérieux soupçons qui pèsent sur cette société dans ce qu’on appelle l’affaire du transport des « jihadistes » tunisiens dans les zones de combat, notamment la Syrie, on comprend mieux la nécessité de connaitre la vérité sur toute cette affaire.

On peut se rappeler la réaction de Mohamed Frikha aux accusations lancées contre lui par la députée Leila Chettaoui et ses réponses évasives pour ne pas dire peu convaincantes. Le député nahdhaoui , dans une tentative de se disculper, aurait accusé, dans une interview accordée à Radio Diwan le 27, qui émet à partir de Sfax, « Maître Ezzedine Mhedhebi de former une association autour de Kamel Eltaief qui fait tout pour  faire tomber Syphax ! »

Maître Ezzedine Mhedhebi, qui est l’un des avocats de plusieurs créanciers de Syphax, et considérant la portée diffamatoire de ces propos, vient de porter une plainte contre Mohamed Frikha auprès du Procureur de la République de Tunis 1 sur la base des articles 96, 97 et 142 du code pénal pour prise illégal d’intérêts ( qui peut valoir à son auteur des peines prison pouvant aller jusqu’à 10 ans) et la dénonciation d’un crime fictif à savoir la création d’une association de malfaiteurs (qui peut valoir à son auteur une peine de prison ascillant entre 3 mois et une année).

C’est la 4ème fois que Maître Mhedhebi demande la levée de l’immunité de Mohamed Frikha.  Autrement dit, Maître Ezzedine Mhedhebi estime que Mohamed Frikha formule contre lui une fausse accusation, chose qui pourrait coûter à son auteur une peine de prison pouvant aller jusqu’à 1 an.

Reste que cette « affaire » Syphax a, comme on peut le soupçonner, des ramifications politiques incontestables, et connaître la vérité dépend essentiellement d’une franche volonté politique qui milite en ce sens !

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo