La loi de réconciliation concerne ceux qui ont commis des dépassements par erreur, selon Azzabi

La loi de réconciliation économique refait surface. Après près de deux ans, la loi controversée sera examinée par les députés de l’ARP dans les jours à venir, chose qui a induit la société civile et les blocs parlementaires s’opposant à ce projet de loi à réagir.

Invité sur Mosaique fm, le chef du cabinet présidentiel, Slim Azzabi, a défendu cette loi expliquant qu’elle ne sert pas à blanchir les corrompus comme certaines personnes l’estiment.

« Cette loi ne concerne pas les personnes corrompues ou celles qui ont reçu des pots-de vin, mais plutôt les employés qui ont commis des erreurs et des dépassements par erreur ou sous pression, » a-t-il ajouté.

Azzabi a poursuivi que la loi de réconciliation a été proposée par la présidence de la République qui, selon lui, a attendu deux ans afin que les différentes parties, entre autre la société civile, proposent des réformes ou des modifications quant au texte de loi.

DA

Commentaires:

Commentez...