Sigmar Gabriel : « La Tunisie et la Libye ne sont pas aussi stables que la Turquie pour accueillir des réfugiés »

Sirmar Gabriel, ministre allemand des Affaires Etrangères (photo - Sputnik International)
Sirmar Gabriel, ministre allemand des Affaires Etrangères (photo – Sputnik International)

Le chef du Parti social-démocrate (SPD) et ministre des Affaires Etrangères allemand, Sigmar Gabriel, a estimé, lors de sa visite à Vienne lundi 27 février 2017, qu’il ne faut pas se tromper et penser que l’accord signé avec la Turquie pour accueillir les réfugiés serait transposable à des pays aussi instable comme la Tunisie et la Libye.

De sa part, le député allemand au parlement européen Stippel a déclaré au journal Deutschlandfunk que le seul fait que l’option libyenne soit présente sur la table est très étonnant, car la Libye n’est ni sur ni stable.

L’ambassadeur d’Allemagne en Tunisie, Andreas Reinicke, avait pourtant déclaré, lundi 20 février 2017, que c’était en Libye que seront créés les camps de réfugiés et non en Tunisie.

La déclaration de l’ambassadeur allemand est intervenue après que la chancelière allemande avait tâté le pouls de Youssef Chahed sur la question de créer des camps de réfugiés en Tunisie. Une option que Chahed avait refusée catégoriquement.

Rappelons-le, dans son entrevue accordée, dimanche 26 février 2017, à la chaîne Al Hiwar Attounsi, le chef du gouvernement tunisien avait, d’ailleurs, donné son avis au présentateur par rapport à la comparaison entre le cas de la Tunisie et celui de la Turquie.

Lorsqu’on lui avait posé la question de savoir pourquoi il n’avait pas profité de la rencontre de Berlin pour parvenir à un compromis assurant à la Tunisie une entrée d’argent grâce à la création des camps de réfugiés à l’instar de la Turquie, Youssef Chahed avait affirmé avec assurance qu’on ne compromet jamais la souveraineté d’un Etat pour faire quelques sous de plus.

Lire aussi :

Commentaires: