Restaurant réputé de Tunis : Le « Chez Nous » ferme ses portes

Chez Nous - crédit HB
Crédit photo : Hatem Bourial

C’est une tradition de plus qui s’en va… Le « Chez Nous », restaurant emblématique du centre-ville de Tunis, vient de fermer ses portes.

Cette maison qui existe depuis 1935 avait été reprise par Hassouna Arfaoui qui lui avait donné des ailes dans les années 60-70.

Ce petit restaurant de la rue de Marseille deviendra alors un repère pour beaucoup de gourmets qui l’ont fréquenté pour la générosité et la variété de son menu du jour.

En effet, au « Chez Nous », on vous servait quatre plats en guise de menu dont le mythique chariot de salades en entrée.

Ensuite, viande et poisson constituaient le socle toujours varié de la maison qui n’avait pas so pareil pour les desserts.

Au départ de Hassouna Arfaoui, son fils Khaled reprendra l’affaire familiale qui, fait unique, était à un moment gérée par trois générations en même temps. Le père au comptoir, le fils aux fourneaux et les petits-enfants à la caisse ou parmi les commis, pour comme on dit apprendre le métier sur le terrain.

La longue histoire d’amour de la famille Arfaoui avec ce restaurant s’est achevée il y a deux ans lorsque le « Chez Nous » avait été loué à une tierce partie.

Tout en gardant le décor et la méthode, le repreneur ne parvint pas à fidéliser la clientèle et changea peu à peu la vocation des lieux qui, pour la première fois, proposèrent des dîners-spectacles. Ce qui contribua davantage à faire fuir les fidèles d’un autre temps.

A la fin de cette location, selon nos sources, la famille Arfaoui a purement et simplement vendu le fonds à un nouveau repreneur qui devrait prochainement ouvrir un « Chez Nous » new look.

Pour le moment, nous n’en sommes pas encore là et le rideau reste tristement baissé en attendant des jours meilleurs.

Pour l’histoire, le « Chez Nous » restera l’un des restaurants de Tunis qui étaient le plus liés au Théâtre municipal.

En effet, durant de longues années, les artistes de passage étaient attendus en ces lieux pour leur dîner tardif après les représentations.

Les murs de ce restaurant témoignent toujours de cette époque avec les nombreux portraits dédicacés d’artistes des années cinquante.

On peut aussi voir, accrochés sur les murs de la petite salle à manger, les photos de Raymond Barre, ancien Premier ministre français qui avait ses habitudes dans ce restaurant du temps où il enseignait l’économie à Tunis.

Demeurera aussi le souvenir de ces menus en quatre temps qui longtemps firent les délices des fidèles de cette très parisienne table tunisoise…

Commentaires: