Vers « l’extradition » des Tunisiens détenus dans les prisons italiennes

prison

En plus du risque terroriste, l’Italie fait face à autre problème majeur qui occupe depuis quelque temps l’opinion publique; les détenus étrangers dans les prisons italienne, dont le nombre est très élevé.

Selon Bologna Today, sur un nombre total de 55.381 détenus, 34% sont d’origine étrangère. Les autorités italiennes ont donc commencé à considérer la mise en œuvre de « politiques ciblées et efficaces pour l’expulsion », de façon à ce que les détenus étrangers soient rapatriés dans leur pays d’origine, pour y purger leurs peines. Les détenus concernés sont ceux dont les crimes sont « répétés ».

Les autorités estiment également qu’emprisonner un grand nombre d’étrangers coûte beaucoup à l’Etat. Le chiffre atteint le un milliard d’euros par an, des coûts qui pourraient être évités via l’expulsion des détenus vers leurs pays d’origine, au cas où les violations des droits de l’Homme n’ont pas cours.

L’Italie cherche donc à conclure des accords spécifiques, pour permettre à ces détenus de purger leur peine dans leur pays d’origine.

La même source note que les Tunisiens et les Marocains représentent le plus grand nombre de détenus étrangers dans les prisons italiennes.

I.B.

Commentaires: