L’huile d’olive tunisienne, principale clé du succès du commerce britannique post-Brexit

olive

Après les attentats terroristes de Sousse et du Bardo, l’économie tunisienne s’est fortement appuyée sur l’exportation d’olives et d’huile d’olive.

Mais malgré quelques concessions temporaires par Bruxelles, la Tunisie ne peut toujours pas exporter librement vers l’UE et ce ne sont autres que les agriculteurs d’Europe méridionale, notamment les Italiens, qui s’en sont assurés.

La majorité des exportations d’olives de la Tunisie arrivent en Europe sous une forme « inachevée », laissant beaucoup de profit aux entreprises européennes – principalement italiennes – et aux opérations de commercialisation dans un cartel lucratif.

La majorité de l’huile d’olive tunisienne est exportée en vrac vers l’Italie, où elle est mélangée, mise en bouteille et vendue avec des étiquettes «Made in Italy».

Les britanniques sont incertains quant à leur économie post-Brexit et l’huile d’olive tunisienne pourrait représenter une solution et une alternative pour la booster, selon Andrew Murrison, envoyé spécial du Premier ministre pour le commerce auprès de la Tunisie et du Maroc.

Selon Murrison, les échanges bilatéraux avec des pays comme la Tunisie sont la clé du réveil commercial de la Grande-Bretagne. Le succès réside en un « millier de petites affaires avec les petites entreprises dans les petits pays ».

« Les olives d’Afrique du Nord dans les rayons de nos supermarchés nous diront si nous sommes sur la bonne voie », a-t-il conclu.

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...