Après le soutien militaire, l’Allemagne s’engage à aider la Tunisie dans sa lutte contre la corruption

tunisie-allemagne

Le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption Chawki Tabib et le chef de mission de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) à Tunis, Thomas Fiegle, ont signé un mémorandum de coopération pour appuyer les efforts de la Tunisie en matière de lutte contre la corruption. La signature a eu lieu hier, jeudi 1er décembre.

Trois millions d’euros seront donc mobilisés au profit de la Tunisie pour la soutenir dans la lutte contre la corruption durant la période 2017-2019.

Cet accord porte sur :

  • L’organisation des sessions de formation au profit des différents acteurs locaux et régionaux (députés, cadres administratifs, représentants de la société civile et citoyens) dans les régions du Nord-Ouest.
  • Le développement de l’organigrammes de l’Instance de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, la promotion de la formation de ses cadres et le renforcement de sa représentativité dans les régions, rapporte la TAP.
Coopération militaire tuniso-allemande

Des aides financières allemandes ont été versés au profit de la Tunisie. En mai, 10 millions d’euros ont été alloués à la Tunisie pour acheter des véhicules blindés qui aideront à sécuriser les frontières de ces deux pays contre le danger de l’organisation terroriste Daech.

En février,  l’Allemagne s’est dit également prête à envoyer des officiers instructeurs en Tunisie afin de «participer à la formation de militaires tunisiens dans leur lutte contre l’Etat islamique».

La ministre de la Défense, Ursula von der Leyen, a visité également la Tunisie en juillet 2015 et a annoncé que son pays accorderait une aide militaire à la Tunisie.

« L’appui de l’Allemagne est de nature à renforcer les capacités de la Tunisie à relever les défis sécuritaires.

La Tunisie de son coté apporte un soutien aux efforts internationaux visant à réunir les conditions de sécurité en Libye, à garantir la stabilité de ce pays et à lutter contre le terrorisme », a déclaré Farhat Horchani, ministre de la Défense nationale, lors de sa rencontre avec le rapporteur de la commission des affaires étrangères au parlement allemand, Roderich Kiesewetter, en octobre.

Commentaires: