L’épouse du sécuritaire Walid Zarrouk accuse Sliti et de nombreux magistrats et avocats de harcèlement

Ines Ben Othmane - Walid Zarrouk - Sofiene Sliti
Ines Ben Othmane, l’épouse du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk, accuse Sofiene Sliti

Ines Ben Othmane, épouse du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk, a accusé le porte-parole du parquet relevant du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiene Sliti, d’être « à l’origine des arrestations successives de son mari et de son emprisonnement ».

Elle a affirmé être victime avec son mari de harcèlement orchestré par Sliti et de nombreux magistrats et avocats appartenant à une partie politique bien précise, en raison de leurs opinions.

Ines Ben Othmane s’exprimait, jeudi 25 août, lors d’une conférence de presse, au siège de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH). L’épouse de Walid Zarrouk a, à cette occasion, dénoncé ce qu’elle a qualifié de « violation flagrante des libertés individuelles et de la liberté d’expression » et les pressions qu’elle subit avec son mari en raison de leurs publications sur les réseaux sociaux, rapporte l’agence TAP.

Relation intime avec une mineure

Elle a, également, indiqué avoir déposé une plainte auprès du procureur général près la Cour d’appel de Tunis contre le directeur et les agents de l’unité nationale d’enquête dans les crimes de terrorisme.

Selon elle, son mari a été accusé de terrorisme sur fond d’informations qu’il détient sur le premier substitut du procureur de la République près le Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme suspecté d’entretenir une relation intime avec une mineure impliquée dans une affaire de terrorisme.

L’avocat de Zarrouk, Abdennasser Laaouini a, de son côté, déclaré que les poursuites engagées contre son client continuent depuis 2012 en toute irrégularité et sans précédent.

Sofiene Sliti
Sofiene Sliti
Sofiene Sliti répond

Selon Laaouini, Sofiene sliti a usé de son pouvoir pour délivrer un mandat de dépôt contre Walid Zarrouk, précisant que son client fait l’objet de 8 procès intentés sur instructions pour enquêter sur ses publications sur facebook.

L’avocat s’est, en outre, référé au décret-loi n°115 relatif à la liberté de la presse qui définit les crimes électroniques et virtuels, pour attester de l’innocence de son client, critiquant le transfert de l’affaire au Pôle judiciaire et par conséquent au plaignant sofiene Sliti.

« L’affaire de Walid Zarrouk constitue une violation flagrante de l’article 31 de la Constitution », a-t-il soutenu. L’article 31 stipule que les libertés d’opinion, de pensée, d’expression, d’information et de publication sont garanties.

Répondant à ces accusations, Sofiene Sliti a affirmé qu’il n’a pas abusé de son autorité dans son travail, ajoutant que le parquet est « une institution globale qui veille à la protection de l’ordre public et ne se résume pas à une seule personne”.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Sliti a expliqué que Walid Zarrouk est emprisonné pour son implication dans des actes criminels qui tombent sous le coup de la loi antiterroriste. C’est le juge du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme qui a délivré un mandat de dépôt contre Walid Zarrouk, a-t-il assuré.

Commentaires:

Commentez...