Qui connait le raggam, troubadour de nos tapis ?

Vente aux enchres de tapis dans la medina de KairouanQui se souvient encore du « raggam »? Ces tisserands ambulants étaient les maîtres du chiffre – le « raqm – et allaient de douar en douar afin de tisser nos célèbres mergoums et autres gtifs.

Gtifs et mergoums

Le raggam connaissait ainsi l’art de faire pour réaliser ces tapis à poils longs et à la texture lâche que sont les gtifs. D’ailleurs, les gtifs sont les seuls tapis tissés par les hommes en Tunisie.
Imaginons donc le raggam en rase campagne rêvant aux mergoums où alternent rayures unies et bandes à décor géométrique. Imaginons le raggam en train de convaincre ses futurs clients en leur vantant tel décor ou telle texture. Imaginons le raggam touchant la laine, admirant les tons chauds et harmonieux de ses couleurs…

Un artiste nomade

Viendra ensuite le temps du travail. Sous les ordres du raggam, on réalisera les plus beaux tapis et ensuite, l’artiste nomade repartira vers d’autres villages, où grâce à son savoir-faire, naîtront d’autres œuvres, multiples et colorées…

Commentaires:

Commentez...