L’Observatoire tunisien de l’eau dénonce « une mauvaise gestion des ressources » par la SONEDE

eau

Plus de 500 plaintes ont été enregistrées sur le site de L’Observatoire tunisien de l’eau (http://www.watchwater.tn/), a déclaré le coordinateur de l’observatoire Alaa Marzouk.

Dans une déclaration accordée à Shems fm, Marzouk a dénoncé une mauvaise gestion des ressources et de la distribution de l’eau potable par la SONEDE.

Selon lui, il pourrait y avoir un véritable problème de « soif »à cause de la coupure et la perturbation de la distribution de l’eau potable dans plusieurs régions. « Au moins trois délégations dans chaque gouvernorat souffrent d’un manque d’eau », a-t-il ajouté.

Perturbations sans précédents

La « crise » d’eau continue en Tunisie. La distribution de l’eau potable est toujours perturbée, des régions se trouvent encore sans eau, les réserves d’eau se sont vues rétrécirent… Un vrai dilemme pour un pays connu pour sa pauvreté en eau.

Les agriculteurs travaillant dans la zone irrigable Wadi Ghrib, relevant de la délégation de Fernena, gouvernorat de Jendouba, font désormais partie des victimes de cette crise.

Selon Mosaïque fm, les agriculteurs ont bloqué la route nationale n°17 qui relie Jendouba à Tabarka via Fernena et Aïn Drahem en signe de protestation contre le manque d’eau d’irrigation.

Il est à rappeler que le ministre de l’Agriculture Saad Seddik avait indiqué que les précipitations ont diminué de 28%. De même pour les réserves d’eau qui ont connu une baisse de 25%.

Il a ajouté que la crise a atteint les nappes d’eau phréatiques et souterraines, vu que certains barrages se trouvent actuellement secs, notamment le barrage de Wadi Nabhana.

Seddik a rappelé que la Tunisie est un pays pauvre en eau avec une disponibilité de l’eau renouvelable par habitant de moins de 480m3, soit en dessous de la moyenne soulignant la nécessité donc de trouver des solutions à ce problème.

Commentaires:

Commentez...