Football : La légende du Stade Tunisien

ST 1
Le Stade Tunisien des années 80 avec les Ben Jaballah, Jendoubi, Hergal, Ncibi, Daalouch, Ghoul, Jemi, etc…

Le Stade Tunisien, l’une des équipes les plus emblématiques de l’histoire du football dans notre pays, se débat actuellement dans les profondeurs du classement de la Ligue I et pourrait – sauf miracle – se retrouver rétrogradée en ligue inférieure.

Pourtant, le Stade Tunisien est l’une des équipes les plus titrées de Tunisie. Dernier trophée à avoir été brandi par les gars du Bardo, la Coupe de Tunisie est l’un des nombreux titres remportés par cette équipe mythique.

Un palmarès qui laisse rêveur
ST 2
Le Stade Tunisien des années 50-60

C’est surtout pendant la décennie 1956-1966 que le Stade Tunisien avait brillé de mille feux. Après avoir remporté face au Club Africain la première Coupe de la Tunisie indépendante en juin 1956, le Stade Tunisien sera champion de Tunisie pour l’exercice 1957.

Depuis, le ST connaitra ses Dix Glorieuses en raflant de nombreux titres ou en se classant parmi les cinq premiers du championnat que l’équipe du Bardo remportera à quatre reprises en 1957, 1961, 1962 et 1965. Cinq coupes de Tunisie ont aussi été remportées par les Bardolais lors de ces années glorieuses qui s’éloignent de plus en plus.

Après une première coupe face au CA, le ST fera mordre la poussière à l’Etoile du Sahel en 1958 et 1960 puis au Stade Soussien en 1962 et à l’Avenir de la Marsa en 1966. Une dernière coupe stadiste sera remportée en 2003 et, depuis, l’équipe se débat pour préserver sinon son statut de grande puissance du foot tunisien, du moins sa place en Ligue I professionnelle.

Les Vingt Glorieuses de la Baklawa

Il est loin le temps des Nahali, Kerrit, Chérif et autres Diwa et Mohieddine… C’était l’époque du grand Stade Tunisien qui, après sa fondation en 1948 par Hamadi Ben Salem, fut capable de monter rapidement l’ascenseur des divisions inférieures et remporter son premier titre en 1956.

A ses débuts, le Stade Tunisien avait succédé à la Jeunesse musulmane du Bardo (JMB) et à l’équipe de Bardo Sports qui regroupait surtout des Français.

Gendre de la famille husseinite, époux de Zakia Bey, le docteur Hamadi Ben Salem habitait non loin de Khaznadar et avait choisi le Rouge et Vert, couleurs beylicales, pour la nouvelle équipe. La « Baklawa » était née et devait connaitre un destin heureux.

Les vingt premières années d’existence de l’association sportive ressembleront à un rêve avec des titres à gogo et des joueurs exceptionnels à l’image de Noureddine Diwa qui, aujourd’hui encore, demeure le recordman des buteurs en finale de la Coupe de Tunisie avec cinq réalisations.

Ce fut aussi le temps de Hédi Braiek, Moncef Chérif ou Abdelwahab Lahmar. Remparts infranchissables, les gardiens successifs du ST se nommaient Sahbani, Russo, Smaoui, Assila ou Abdallah…

Les dés semblent fatalement jetés pour le Stade Tunisien

Stade Tunisien (credit photo - Starafrica)

Cette saison sera-t-elle fatale au Stade Tunisien ? Ce serait un coup de tonnerre dans le ciel du foot tunisien si cette équipe rétrogradait en Ligue II mais ce ne serait aussi que l’une des expressions de la glorieuse incertitude du sport.

Sans compter que le dynamisme actuel des footballeurs du sud tunisien est en train de bousculer les hiérarchies et mordre sur la présence quasi permanente de cinq équipes du Grand Tunis aux premières loges du foot tunisien.

Quel sera le sort du ST ? Quelques semaines nous séparent du verdict final. Mais, à moins d’un miracle, les dés semblent fatalement jetés…

H.B.

Commentaires: