Héritage calamiteux des années Troika : Le terrorisme a un arsenal en Tunisie

Agents de sécurité - TunisieAprès les découvertes de nouvelles caches d’armes à Mnihla et Tataouine, la conviction que les armes de guerre pullulent en Tunisie se confirme de nouveau.

Les armes pulluleraient-elles sur notre sol ?

L’attaque contre Ben Guerdane et la réaction fulgurante des forces armées tunisiennes avaient permis de constater, il y a deux mois, que plusieurs sanctuaires dans et autour de cette ville du sud servaient de caches d’armes.

Plusieurs perquisitions et saisies avaient alors permis aux forces de l’ordre de s’emparer d’un véritable arsenal, de toute évidence introduit à partir de la Libye.

Au temps de la Troika, des faucons islamistes et des salafistes violents

Le laxisme complice et coupable des années Troika avait sans doute fermé les yeux sur bien des trafics alors que les inavouables alliances tactiques entre les faucons de l’islamisme tunisien et des courants salafistes violents ont fait le reste pour inonder notre pays d’armes.

La fréquence des saisies et leur répartition géographique soulignent bien la dissémination de ces mouvements violents et autres cellules dormantes liées au terrorisme.

Même si les pouvoirs publics s’attaquent clairement à cette nébuleuse, il semble bien que les armes – y compris lourdes dans certains cas – circulent en abondance, partout en Tunisie.

La vigilance des forces de défense tunisienne

Chaque jour des cellules terroristes sont démantelées un peu partout sur le territoire. En soi, cela suffit pour mettre en exergue l’étendue du mal et induire que les maquisards du Chaambi et des montagnes de Jendouba et du Kef ne sont que la partie apparente d’un redoutable iceberg.

Durant les années Troika, ces courants violents ont été soutenus par des partis politiques et de nombreuses associations « caritatives » ont ouvert nos portes à des prédicateurs extrémistes venus répandre la « bonne parole » et par ricochet, recruter des «  »bonnes volontés ».

Les jihadistes et la situation en Libye

Toutes ces mosquées qui avaient échappé au contrôle de l’Etat, tous ces imams auto-proclamés ont semé la haine dont nous récoltons aujourd’hui les menaçantes moissons.

Terrible réalité qui nous confronte à un arsenal caché, diffus, dont disposent des mains criminelles liées au jihadisme, à la contrebande et au crime organisé.

Alors que les jihadistes de tout poil rêvent d’une convergence vers le sud tunisien en cas de déclenchement d’un conflit international en Libye, les forces de l’ordre et l’armée tunisienne continuent à porter des coups à ces ennemis. au prix, comme hier à Tataouine, de nouveaux martyrs.

Regain du risque d’attentats

La vigilance est de mise et si nous avons le devoir de scruter la situation libyenne, il importe tout autant de considérer que quelque soit la tournure que prendront les choses chez notre voisin du sud, les interactions seront nombreuses en Tunisie.

Comme le soulignent plusieurs sources en Tunisie et à l’étranger, les risques d’attentats causés par l’activisme des cellules dormantes terroristes est actuellement élevé et pourrait connaitre un regain d’intensité avec l’approche du Ramadan ou des complications politico-militaires en Libye.

H.B.

Commentaires: