Au cœur du sud tunisien, l’incomparable route des ksours

Et si vous décidiez ces prochaines semaines de vous plonger dans le grand sud tunisien ?

Pour le bourlingueur, aller vers le sud revient à entreprendre le véritable voyage: celui qui vous confronte à un monde paradoxal et mystérieux, celui qui part à la recherche des lignes mouvantes et imprécises du désert et de son approche.

Les ksours par centaines…

Montagnes déchiquetées, paysages lunaires, vieux villages berbères vous attendent entre Tataouine et Médenine, portes du grand sud tunisien.

Le terme « ksar » est le singulier de « ksour ». Et ces ksours sont des villages ou des greniers fortifiés. Omniprésents dans le sud profond, ces ksours se comptent par centaines.

Composés de ghorfas, leurs portes sont en planches de palmier assemblées par des branches et des chevilles en olivier.

Le limes tripolitanus des Romains est sur la route des ksours

De manière extraordinaire, les ksours berbères jalonnent l’antique frontière romaine, le fameux limes tripolitanus, une ligne de forts qui protégeaient la frontière contre les incursions des nomades.

C’est le cas avec le ksar qui se trouve au pied du djebel Tlallet qui conserve le nom antique de Talalati. C’est le cas un peu partout à Ras el Ain, Ksar el Ferch ou Ksar Sedra, un autre grenier fortifié qui remonte au quatorzième siècle.

Chenini, Guermassa, Douiret

C’est dans ces parages, non loin de Ksar ouled Debbab, que se trouvent la mythique Douiret, la mystérieuse Guermassa et l’abrupte Chenini.

Guermassa

Ici, l’émotion du voyageur est à son comble lorsqu’il se trouve confronté aux mosquées souterraines, aux huileries primitives et aux ghorfas à deux étages.

Comment énumérer tous les ksars ? Comment les nommer tous ?

Le ksar des Béni Barka vieux de huit siècles, les ksours des Znata où se regroupa cette puissante tribu lors de l’invasion hilalienne du onzième siècle, le ksar Degrah qui était encore en usage dans les années 70…

Villages fantômes et forteresses abandonnées

Et tous les villages montagnards comme Maztouria ou Tamelest? Et les ghorfas à plusieurs étages de Ksar ouled Soltane? Et celles remises à l’honneur par la saga Star Wars à Ksar Haddada?

C’est un monde palpitant, fascinant, mystérieux, ponctué de forteresses abandonnées et de villages fantômes… Beauté incomparable d’un monde juché sur des pitons escarpés qui, de Tataouine à Médenine, dominent la vaste plaine de la Jeffara…

H.B. 

Commentaires: