DSK conseiller du gouvernement tunisien

Former International Monetary Fund (IMF) chief Dominique Strauss-Kahn speaks during a news conference in the Serbian government building in Belgrade September 17, 2013. Strauss-Kahn was unveiled on Tuesday as an economic adviser to the Serbian government, saying he would work 'pro bono' for three months in his latest incarnation since a sex scandal cost him his job and ruined his French presidential ambitions. REUTERS/Marko Djurica (SERBIA - Tags: POLITICS BUSINESS) - RTX13OE0

L’ancien directeur du Fonds Monétaire International et ex-favori à l’élection présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn, va devenir conseiller du gouvernement tunisien et sera chargé de redorer l’image de la Tunisie et d’attirer de nouveaux investisseurs.

C’est ce que rapportent les médias français, ce mercredi 4 mai, annonçant que Dominique Strauss-Kahn va devenir conseiller dans le cadre du plan de développement économique de la Tunisie.

Redorer l’image de la Tunisie

D’après « Le Figaro », DSK aurait permis à la banque Arjil, dont il est partenaire, de remporter un appel d’offres majeur du gouvernement tunisien, la semaine passée. Un appel d’offres, lancé début avril par la Tunisie, et finalement remporté par le consortium formé par la banque Arjil & Associés, le bureau d’ingénierie tunisien Comète et le groupe Jeune Afrique. Trois autres banques françaises étaient dans la compétition: les deux groupes Rothschild et la banque Lazard.

L’objectif de ce contrat, révèle « Le Figaro », est de « mettre le plan de développement économique 2016-2020 sur les rails, de mobiliser des investisseurs, nationaux et étrangers, ainsi qu’institutionnels et privés », explique la banque d’affaires.

DSK-BCE

Malgré son implication dans plusieurs affaires de mœurs, DSK a toujours prodigué ses conseils à plusieurs dirigeants du monde qui n’hésitent pas recourir à son savoir en matière d’économie.

Il était d’ailleurs en Tunisie en juin 2014 et avait rencontré, Béji Caid Essebsi, alors président de Nidaa Tounes. Lors de sa visite, DSK s’était même dit disposé à apporter son aide à la relance économique en Tunisie.

M.C.

Lire aussi :

Commentaires: