Tunisie : « Je ne veux pas d’homosexuels dans mon lycée »

Ghazi MrabetUn directeur de lycée dans un quartier populaire de Tunis. Des parents qui viennent inscrire leur enfant. Une scène tout ce qu’il y a de plus normal. Sauf que le directeur refuse l’inscription. Raison: l’enfant de 14 ans trop « efféminé » serait homosexuel.

« Votre fils est efféminé. Je le connais dans le quartier depuis qu’il est enfant. Il est certainement homosexuel. Il risque d’influencer les autres élèves. Je ne veux pas d’homosexuels dans mon lycée. Je ne peux pas l’inscrire ».

L’avocat Ghazi Mrabet s’est indigné en partageant ce témoignage sur son profil. Les parents ont du se résoudre à aller l’inscrire dans un autre lycée.

L’homophobie bat son plein depuis quelques temps et de véritables campagnes anti-homosexuels voient régulièrement le jour sur les réseaux sociaux.

Rien ne bouge malgré cette violation évidente des droits humains. En 2016, en Tunisie, l’article 230 du code pénal condamne encore à 3 ans de prison pour sodomie.

S.B

Commentaires: