Youssef Chahed : « Les municipales marqueront le début du processus de la décentralisation »

youssef chahedTunis Hebdo | Youssef Chahed, ministre des Affaires locales, revient sur la séparation du ministère des Affaires locales du celui de l’Intérieur, sur les prochaines élections municipales et sur l’actualité de son parti, Nidaa Tounès.

Pourquoi la séparation du ministère des Affaires locales de celui de l’Intérieur a-t-elle pris beaucoup de temps ?

La séparation de ces deux ministères est une réforme profonde. Elle nous a pris, jusque-là, deux ou trois mois. Mais cela n’est rien comparé à l’importance et à la profondeur de cette réforme. Ces derniers jours, un décret gouvernemental [n° 365 du 18 mars 2016] a fixé les attributions du ministère des Affaires locales.

Désormais, le ministère de l’Intérieur s’occupera exclusivement de la sécurité et de la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, tandis que le ministère des Affaires locales élaborera et exécutera le processus de mise en œuvre de la décentralisation sur tout le territoire de la République conformément à la Constitution et à la législation en vigueur, et ce, en collaboration avec toutes les instances et entités publiques concernées.

Notre ministère veillera également –entre autres– au renforcement des capacités des collectivités locales et leur accompagnement pour intégrer ledit processus. Ce processus nécessitera beaucoup d’effort et de temps, notamment en ce qui concerne la mise en place du cadre légal. La reforme étant, en effet, très profonde.

Comment allez-vous faire pour concrétiser la décentralisation ?

La décentralisation nécessitera la mise en place d’un cadre légal. Pour cela, trois projets de loi doivent être passés. Le premier, c’est le projet de loi relatif aux élections régionales et municipales. Celui-ci est en train d’être débattu au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Le deuxième, c’est le projet de la stratégie nationale de généralisation du système municipal qui vise la réalisation d’une couverture territoriale globale dans l’ensemble des collectivités locales, et ce, de manière à consacrer le principe d’équité et d’égalité entre les citoyens. Comme vous le savez, 3,5 millions de Tunisiens ne bénéficient pas encore d’une couverture municipale. Donc, il faut agir sur ce plan là.

Le troisième c’est le projet du Code des collectivités locales. Celui-ci sera soumis pour examen à l’ARP à la fin du mois d’avril. Un projet de Code qui comporte 380 articles. Ce Code fixera l’ensemble des règles qui organisent l’exercice de la démocratie locale.

Quand est-ce que les prochaines élections municipales auront lieu ?

Il convient de rappeler que les prochaines élections municipales marqueront le début du processus de la décentralisation. Sinon, nous sommes en constant rapport avec l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE). Cette dernière avait proposé initialement le mois d’octobre 2016 pour la tenue des élections.

Mais maintenant, cette date n’est plus d’actualité. On parle, aujourd’hui, de mars 2017 comme éventuelle date de la tenue des élections municipales [NDLR : Le député Karim Helali, du parti Afek Tounès, avait déclaré, jeudi dernier, à la TAP, que les élections municipales pourraient avoir lieu au cours de la deuxième semaine de mars 2017].

Personnellement, j’estime que cette date est largement suffisante. Mais sinon, au-delà du calendrier électoral, le plus important est que le processus est déjà mis sur les rails, malgré les difficultés.

Justement, quelles sont ces difficultés ?

Comme je viens de vous le dire, il y a le cadre légal qui n’est pas encore prêt. Mais il y aussi la situation sécuritaire du pays. Il faut savoir également que les élections municipales sont plus difficiles à organiser que les élections législatives et présidentielles.

Les élections municipales enregistrent, en effet, la participation de quelque 10.000 candidats pour chaque parti et chaque liste indépendante. Donc, l’opération est énorme. C’est une opération difficile et sensible au niveau des statistiques et du contrôle. Mais, elle est importante car elle concrétise la démocratie locale. De ce fait, ces élections ne doivent être bien préparées et non pas bâclées.

Propos recueillis par Slim MESTIRI

Commentaires: