En 1924, Manoubia Ouertani, première féministe tunisienne, qui osa tomber le voile…

4.2.5
4.2.5

Aujourd’hui, le voile féminin est devenu un accessoire de mode. Alors que les salafistes encagent leurs femmes dans des voiles hermétiques, les femmes musulmanes modernes semblent avoir détourné à leur profit le voile en le transformant en accoutrement mettant en valeur leur beauté plutôt que les cachant aux regards.

Femmes parées et femmes en cage

Déplorée par les milieux intégristes et aussi par certains des faussaires de l’islam dit politique, cette mode du voile en dit long sur la capacité des femmes à mettre en échec le machisme ambiant même si dans de nombreux cas, des voiles rigoristes et médiévaux continuent à être imposés aux femmes par des pères, des frères et des époux.

Le geste historique de Manoubia Ouertani

Loin de l’agitation actuelle autour du voile, l’année 1924 fut celle de Manoubia Ouertani, première féministe tunisienne, qui osa tomber le voile et dénoncer la domination absolue que les hommes prétendaient exercer sur les femmes.

Une Tunisienne pour l’abandon du voile

A l’occasion du 8 mars, journée internationale des Femmes, pourquoi ne pas raviver la mémoire de Manoubia Ouertani, précurseure du mouvement féministe tunisien ?
C’est en effet elle qui osa, à visage découvert, défendre l’émancipation des femmes et l’abandon du voile.

La réaction du Vieux Destour

C’était précisément le 15 janvier 1924 à la tribune de l’association culturelle L’Essor lors d’un débat sur le féminisme.

Son plaidoyer – signe des temps qui changent – allait être dénoncé par les tenants du Vieux Destour qui accuseront la jeune femme de complicité avec les forces destructrices de la religion et de l’identité tunisienne.

Houda Chaaraoui et l’exemple égyptien

Bien entendu, Manoubia eut aussi ses partisans qui ne manquèrent pas de rappeler les progrès des femmes turques et égyptiennes. Pour l’histoire, une année auparavant en 1923, Houda Chaaraoui, fondatrice de l’Union des femmes égyptiennes, fut la première à se dévoiler et dénoncer la dictature sexiste subie par les femmes arabes.

Le geste fondateur de Manoubia Ouertani en Tunisie allait déclencher une bataille du voile qui allait se poursuivre quatre années durant dans les médias de l’époque et les cercles politiciens.

H.B.

Commentaires: