Plaidoyer pour le drapeau blanc de la mosquée de la Kasbah

Plaidoyer pour le drapeau blanc de la mosquée de la Kasbah

Par -
Mosquée de la Kasbah - Vittorio Carlucci
Mosquée de la Kasbah | Crédit photo : Vittorio Carlucci

La mosquée de la Kasbah est l’une des plus chères au cœur des Tunisiens. Fondée en 1235 par le Hafside Abou Zakaria, cette mosquée saluait l’avènement de Tunis en tant que capitale de l’Ifriquiya.

De style almohade, son minaret semble souligner que cette mosquée avait été élevée après la déclaration d’indépendance vis-a-vis des Almohades du Maroc.

D’ailleurs, la structure carrée et les entrelacs qui ornent ce minaret sont reproduits dans plusieurs mosquées emblématiques comme celle de la Zitouna ou de l’Imam Malek à Carthage.

La mosquée du palais hafside

Proche de la place de la Kasbah où les Hafsides avaient érigé leur palais dès 1231, cette mosquée fut à ses débuts destinée à la cour royale.

Géographiquement, la mosquée de la Kasbah se trouve tout en haut d’une colline, au point le plus élevé de la médina et, si l’on observe le sommet de son minaret, on peut apercevoir un mât qui, de nos jours, est bien solitaire.

Traditionnellement, cinq fois par jour, un drapeau blanc est hissé à ce mât pour annoncer l’heure de la prière.

Cette coutume est très ancienne. De toute évidence, comme un Greenwich local, elle permettait aux mosquées de la ville de régler leurs appels à la prière sur la mosquée du palais royal.

Greenwich local, coutumes anciennes et rite hanafite

Malheureusement, cette tradition a été abandonnée depuis la révolution de 2011. Même si le mât est toujours visible, il n y a plus d’étendard blanc qui s’y déploie à l’heure des prières.

C’est bien dommage car cette décision, dont on se demande qui a bien pu la prendre, efface une tradition immémoriale qui pourrait dater de huit siècles.

Cette brève chronique est un modeste plaidoyer pour que cette coutume soit restaurée. Ne serait-ce qu’en hommage aux Hafsides qui furent à l’origine de l’essor de Tunis. Ne serait-ce que par fidélité à une tradition venue de la nuit des temps.

Pour la petite histoire, au quinzième siècle, la mosquée de la Kasbah fut annexée au rite hanafite, le temps pour les Ottomans, nouveaux maîtres du pays, de bâtir leurs propres mosquées, notamment celles de Youssef Dey et Hamouda Pacha qui se trouvent à proximité.

Mais ceci est une autre histoire…

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo