Beji Caid Essebsi : « Je me suis engagé à élucider l’affaire des assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi »

BCELe président de la République, Beji Caied Essebsi a accordé dans la soirée du mardi 10 février, son premier entretien télévisé depuis son élection. Une interview diffusée sur la chaine nationale Watania 1 et menée par le journaliste Said Khezemi.

Le premier point abordé par le président de la République a été les événements de Dhiba ainsi que ses circonstances.

[quote_box_center]

Il n’y a pas de raison à ces affrontements, surtout ces jours-ci, maintenant qu’on a un nouveau gouvernement en place. Il s’avère que la raison qui soit derrière ces protestations soit le taxe de 30 dinars. S’ils avaient lu le programme de Nidaa Tounes, ils auraient su que la suppression de cette taxe en fait partie, mais hélas, cela relève de la loi de finance de 2015. Il faut dire aussi qu’il y a des gens qui font des remous.

[/quote_box_center]

Et en parlant des manifestants, le président de la république réplique :
« On peut comprendre leurs revendications mais cela ne veut pas dire qu’on peut se permettre de barrer des routes et incendier des postes de police. »

Concernant le gouvernement d’Habib Essid et la participation d’Ennahdha dans le gouvernement, Beji Caid Essebsi a été, on ne peut plus, clair dans ses propos.
« Personnellement, j’ai béni la nomination d’Habib Essid à la tête du gouvernement. Et comme promis, Nidaa Tounes ne régnera pas seul même s’il a la majorité parlementaire. Sans L’union Patriotique Libre, Ennahdha et Afek, il n’y aurait pas de gouvernement car l’intérêt national nécessite qu’il y ait cette majorité. »

« Nous n’avons pas nié qu’il allait y avoir une alliance avec Ennahdha. Ce parti est une composante intégrante du paysage politique Tunisien. », a souligné Beji Caid Essebsi.

Chokri Belaid et Mohamed Brahmi

[quote_box_center]

« Je me suis engagé à élucider l’affaire de l’assassinat de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi. Je divulguerai la vérité même s’il s’agit de mes proches. Ce qu’on cherche, c’est la transparence. On ne peut pas accuser les gens arbitrairement. » (en sous entendant Ennahdha)

[/quote_box_center]

Le dossier des blessés et martyrs de la révolution

« Je n’ai été Premier ministre que7 mois et je ne pouvais pas faire plus pour ce dossier. Bien que 3 ans soient passés, rien ne progresse. Et malgré cela, je me considère responsable et je continuerai à chercher derrière cette affaire. […] Je crois que Majdoline Cherni est capable de gérer un tel dossier car elle a enduré la mort de son frère Socrate Cherni »

La politique extérieur

« Il faut que la Tunisie s’ouvre sur l’extérieur. […] Quant à la Libye, la seule solution est que la Tunisie ne rentre pas en conflit avec sa voisine en lui dictant une tutelle extérieure. »
En évoquant la relation Tuniso-Syrienne, le président de la République confirme qu’il n’a pas promis de rétablir les relations diplomatiques avec ce pays bien que ce fut une énorme gaffe commise par son prédécesseur, Moncef Marzouki.

Nawel Bizid

Commentaires: