Affrontements à Dhiba entre manifestants et forces de l’ordre : Un mort...

Affrontements à Dhiba entre manifestants et forces de l’ordre : Un mort et deux blessés

Par -

Des accrochages ont eu lieu, depuis ce samedi 7 février, entre les forces de l’ordre et des manifestants, dans la ville de Dhiba, située au sud de la Tunisie, à proximité de la frontière tuniso-libyenne et à 130 kilomètres de Tataouine.

Dhiba. Photo Radio Tatouine
Dhiba. Photo Radio Tatouine

Suite au jugement contre 23 personnes qui ont participé, en 2012, à un sit-in organisé devant une société pétrolière, à Beni Mhira, des habitants ont observé un sit-in, vendredi, 6 février.

Un autre a eu lieu samedi, 7 février, pour des demandes « d’emploi et de développement, » nous confie Fathi Ameur, l’un des manifestants.

Lors du rassemblement du samedi, devant la délégation de Dhiba, des heurts ont eu lieu avec des agents et un poste de la garde nationale a été incendié par les manifestants, vers 14h, nous indique M. Ameur.

« Le député de la circonscription de Tataouine, Taieb Madani, a annoncé le même jour la mise en place d’une cellule de crise constituée de membres de la société civile, »  rapporte radio Tatouine, chose inutile commente M. Ameur.

« Pourquoi font-ils leur cellule de crise dans la ville de  Tatouine et pas à Dhiba ?  » s’étonne-t-il, « C’est là que ça se passe », s’insurge-t-il.

Un mort et deux blessés
Saber Baalouch
Saber Malyen

Les heurts ont repris ce dimanche 8 février. Un homme, Saber Malyen a été tué par balle et deux autres, Houcine (blessé à l’épaule) et Samir Ben Zayed, agressé physiquement, sont hospitalisés.

 

« Il y a eu usage de balles réelles et de la chevrotine (rach) contre les manifestants. Des dizaines de personnes sont aussi à l’hôpital à cause de l’usage intensif de bombes de gaz lacrymogène », poursuit Fathi Ameur.

 

Balles à Dhiba. "Place du martyr Saber Melyen". Photo : Dehibat 24. Tatouine
Balles à Dhiba. « Place du martyr Saber Melyen ». Photo : Dehibat 24. Tatouine

« Ce n’est pas une histoire de contrebande ou de taxe de 30 dinars, ça n’a rien à voir avec ça. Nous voulons du travail, c’est tout. On en a marre de la pauvreté, du chômage, des problèmes d’infrastructure, de santé, … »

Le bureau régional de l’UGTT à Tatouine a publié un communiqué, hier, appelant au calme et à l’écoute des revendications des manifestants. Après les affrontements, aujourd’hui, les forces de l’ordre se sont retirés. Actuellement, l’armée est intervenue pour sauvegarder les institutions publiques.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo