Crise financière aigüe dans les sociétés de transport : 1500 millions de...

Crise financière aigüe dans les sociétés de transport : 1500 millions de dinars de pertes

Par -
Mehdi Jomaa, à MFM 15 janvier 2015
Mehdi Jomaa, à MFM 15 janvier 2015

Le déficit de la Transtu s’élève à 450 millions de dinars a déclaré le chef du gouvernement Mehdi Jomaa, ce jeudi 15 janvier, sur les ondes de Mosaique FM.

Des pertes et des chiffres surréalistes

M. Jomaa est revenu sur la grève dans les transports qui dure depuis quatre jours, révélant qu’au total, les pertes de toutes les sociétés de transport en Tunisie, s’élèvent à 1500 millions de dinars. « Des chiffres surréalistes », a-t-il commenté pour mettre l’accent sur la gravité de la crise.

Lors de son intervention, M. Jomaa a affirmé que cette « grève a surpris le gouvernement », l’a qualifiant d' »illégale » et précisant que le dialogue reste ouvert avec la Transtu et les syndicalistes.

Au mois de décembre, nous avons conclu un accord pour les augmentations de la prime, mais elle était limitée par le budget. L’accord de principe a été signé le 8 décembre. Nous avons mis à leur disposition une enveloppe de 4,7 millions de dinars pour la Transtu et une enveloppe de 12 millions de dinars qui vont englober toutes les sociétés de transport régional alors quelles voulaient une enveloppe de 30 millions de dinars, ce qui n’était pas prévu.

Le chef du gouvernement a indiqué qu’un un plan de redressement de ces sociétés a été effectué. Par ailleurs, il a ajouté que « les menaces des grèves » entravent le cours des négociations.

Le gouvernement et l’UGTT ont collaboré pour dépasser ces problèmes et nous rappelons que ce gouvernement est un gouvernement provisoire.

Pour les quatre jours de grève, M. Jomaa a précisé que le gouvernement est dans l’obligation de faire respecter la loi, en sanctionnant les grévistes qui ont agi dans l’illégalité.

Nous sommes obligés d’appliquer la loi… La loi doit être appliquée sur tout le monde. Le gouvernement va respecter la loi, le pouvoir exécutif doit respecter la loi qui sera appliquée sur tout le monde. Ce serait une mauvaise gestion si on ne soustrait pas ces journées de travail sur les salaires des grévistes », a ajouté Mehdi Jomaa. La loi va être appliquée et les journées de travail sur les salaires des grévistes seront soustraites.

Possibilité d’un recours à l’armée

« J’ai demandé au ministre de la Défense la possibilité de recourir à l’armée », a-t-il répondu au sujet d’une éventuelle intervention des militaires pour parer à cette crise. Cependant, la situation sécuritaire actuelle et les menaces contre la Tunisie rendrait ce recours presque impossible.

Nous allons étudier les possibilités et c’est l’armée qui est en train d’étudier cela ce soir avec la cellule de crise du gouvernement pour évaluer la situation sécuritaire.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo