HRW : Besoin urgent d’une enquête publique et indépendante sur la mort d’Ons et Ahlem Dalhoumi

Ons et Ahlem Dalhoumi.
Ons et Ahlem Dalhoumi.

 » Les autorités tunisiennes devraient mener une enquête approfondie et indépendante sur la fusillade mortelle par la police de deux jeunes femmes le 23 août 2014, […] Tous les agents qui ont ouvert le feu illégalement devraient être tenus responsables », affirme l’organisation Human Rights Watch dans son communiqué de ce mercredi 4 septembre.

L’organisation a interrogé Sondos Dalhoumi au sujet du drame. La cousine des défuntes a affirmé que la police a quitté les lieux après la mort de Ahlem et Ons et n’a apporté aucune aide aux cousins choqués.

D’après Eric Goldstein, directeur adjoint Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, les autorités tunisiennes affirment qu’ils ont réformé les forces de sécurité du pays après avoir « commis des centaines d’homicides illégaux pendant le soulèvement 2011 », mais ces derniers décès [de Ons et Ahlem Dalhoumi] révèlent un « besoin urgent d’une enquête publique et indépendante pour s’assurer que les agents à gâchette facile soient tenus responsables ».

Le 23 août dernier, les deux jeunes filles ont été tuées par la police à Kasserine. Le bureau de l’Assemblée nationale constituante (ANC) a demandé  des « éclaircissements » au ministre de l’Intérieur Lofti Ben Jeddou. 

Pour lire le communique en intégralité de HRW, cliquez ici.

 

 

 

Commentaires: