Le soldat israélien disparu serait peut-être mort selon Hamas

Le soldat israélien disparu serait peut-être mort selon Hamas

Par -
Crédit photo Al Quds
Crédit photo Al Quds

Les Brigades Al Qassam, branche armée de Hamas, a publié ce 1er août un communiqué affirmant que le soldat israélien disparu serait mort et qu’elles n’avaient aucune information sur lui.

 » Jusqu’à maintenant, nous ne savons rien au sujet du soldat disparu à l’Est de Rafah, ni de son lieu ou des circonstances de sa disparition« . Par ailleurs, Al Qassam a ajouté :  » Nous avons perdu la communication avec le groupe de combattants lors de la pénétration de l’ennemi à l’Est de Rafh. Nous estimons que tous les membres  de ce groupe sont tombés en martyrs lors des tirs sionistes et que le soldat serait tué avec eux. »

Plus tard, dans un autre communiqué, Hamas rajoute aux mêmes données le fait que s’il serait mort- s’il y a vraiment un soldat disparu- il y a  l‘hypothèse que ce groupe de  combattants l’ait capturé.

Changement de récit de l’histoire du soldat

Lors d’un entretien sur Al Jazeera, vendredi soir,  Ossama Hamdan, responsable des relations extérieures de Hamas, a mis en exergue le changement du récit et du lexique utilisé d’Israël

« Au début les Israéliens disaient  que Hamas a capturé un soldat, ensuite ils ont confirmé que c’est bien Hamas qui a capturé le soldat et ils ont donné son nom et son grade, et là, avant quelques heures ils ont dit qu’ils ont un officier disparu et qu’ils sont à sa recherche. Et peut-être il serait capturé. »

Hamdan questionne l’évolution du changement du récit : « Israël a commencé en étant certain que c’est Hamas qui a capturé l’officier pour finir avec « peut-être il est captif chez Hamas« .

Les Etats-Unis croient le récit d’Israël sans preuves ? 

« Nous avons condamné sans équivoque le Hamas et les factions palestiniennes qui sont responsables de la mort de deux soldats israéliens et de l’enlèvement d’un troisième quelques minutes seulement après l’annonce d’un cessez-le-feu de 72 heures », a déclaré M. Obama lors d’une conférence de presse hier.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, a également accusé, ce vendredi 1er août, le Hamas d’être responsable de la rupture de la trêve de 72 heures qui était entrée en vigueur dans la matinée.

Kerry a exigé la libération immédiate et sans condition du soldat israélien porté disparu et a demandé à la communauté internationale de redoubler d’efforts pour mettre fin aux attaques contre Israël et faire cesser les souffrances et la mort des civils à Gaza.

Pour Hamdan, les Etats-Unis croient la version d’Israël sans vérification ni preuve en général.  Lors de son intervention sur Al Jazeera, il a rappelé que pour éviter qu’Israel prétende avoir respecté le cessez-le-feu alors que ce n’est pas le cas, Hamas a demandé des observateurs des Nations unies- pour ne favoriser aucune version sur une autre sans preuves.

Le soldat disparu s’appelle Hadar Goldin

Le nom du soldat a été finalement dévoilé par Israël hier. Il a le grade d’officier. Son nom est Hadar Goldin. Âgé de 23 ans, de la brigade d’infanterie Givati, il serait disparu depuis vendredi à Rafah, au cours d’une attaque lancée par des terroristes du Hamas contre les forces israéliennes, violant ainsi la trêve humanitaire de 72 heures annoncée jeudi soir, selon la version israélienne.


MAJ : 3 août 00:30

Le Tsahal vient de confirmer la mort de Hadar Goldin


 

 

Le soldat disparu, un prétexte israélien selon Hamas

D’après le dirigeant de Hamas,  le cessez-le-feu devait être respecté à l’intérieur de Gaza et « que l’entité sioniste détruise les tunnels hors de ce territoire mais s’ils pénètrent la terre palestinienne, sur la terre de Gaza, nous réagissons » a-t-il expliqué. Cependant, il a gardé un peu de réserve affirmant qu’il n’y a que la branche armée qui peut avoir les détails de la rupture du cessez-le-feu ou de la supposée capture du soldat.

Dès le matin, la branche armée de Hamas a publié son communiqué de ce samedi 2 août,  dans lequel elle explique qu’ après investigation sur ce qui s’est passé le vendredi, il s’est avéré que  :

« A l’aube, le vendredi à l’est de Rafah, les forces ennemies -profitant du discours sur un supposé cessez-le feu humanitaire – ont pénétré plus de deux kilomètres dans nos terres à l’est de Rafah. Nous estimons qu’il y a eu opposition à ces forces ennemies de la part de notre groupe qui se trouvait sur place. L’affrontement a débuté vers 4 heures du matin, c’est-à-dire avant le début de la trêve supposée. Par ailleurs les avions et canons de l’ennemi ont attaqué les civils après 10 heures du matin, en violation flagrante du cessez-le-feu sous prétexte que l’ennemi cherchait un soldat disparu. »

Les Brigades Al Qassam ont aussi informé l’opinion publique que sur le plan opérationnel, il n’est pas possible d’arrêter les tirs face à l’invasion dans la bande de Gaza et qu’il y a un risque de confrontation.

Hamas demande des observateurs des Nations Unies

Hamas accuse donc le Tsahal d’avoir rompu le cessez-le-feu. « Quand il y a eu proposition de trêve, nous avons demandé des observateurs » précise Ossama Hamdan, car à plusieurs reprises la trêve humanitaire a n’a pas été respectée par Israël.

Ainsi, la trêve de trois jours, acceptée par Israël et le Hamas, n’aura pas duré longtemps. L’armée israélienne a annoncé, vendredi, qu’elle était terminée. Depuis le début du conflit, le 8 juillet, plus de 1.500 Palestiniens ont été tués  et 61 militaires  israéliens. 

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

video