Six détenus impliqués dans des affaires de meurtres auraient été graciés ?

Marzouki - Ben Ammou (photo - facebook.com-Presidence.tn)L’amnistie dont ont bénéficié 366 détenus à l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire de l’Indépendance revient sur le tapis. Ce matin, la radio Shems FM a rapporté une information selon laquelle six détenus ayant profité de la grace présidentielle sont impliqués dans des affaires de meurtres.

Shems FM se base sur une source sécuritaire de la police judiciaire du gouvernorat de Siliana qui aurait indiqué que 150 détenus de la prison civile de Siliana ont été amnistiés par le président de la République et que parmi ces amnistiés 40 sont toujours sous le coup de mandats de recherche outre les six impliqués dans des meurtres.

La source se serait interrogée, selon Shems FM, sur les critères qui ont permis d’accorder des graces présidentielles. Pourtant, le communiqué de la présidence de la République, publié le 19 mars précisait bien que les détenus amnistiés devaient répondre à certaines conditions pour bénéficier de cette grâce, comme celles d’avoir purgé une partie de leurs peines, d’avoir été jugés dans des petites affaires et surtout ne pas posséder un lourd casier judiciaire.

C’est d’autant plus troublant que l’amnistie décidée par le président de la République aurait été convenue en concertation avec le nouveau ministre de la Justice Nadhir Ben Ammou et après l’examen de 1609 dossiers !

Commentaires:

Commentez...