Oussama Ben Salem, fils de ministre ou journaliste « pistonné » !?

Oussama Ben Salem, fils de ministre ou journaliste « pistonné » !?

Par -

Oussama Ben Salem, vous connaissez ? C’est, en premier lieu le fils de notre ministre de l’Enseignement supérieur, mais c’est aussi un journaliste de la chaîne TV « Zitouna ».

Oussama Ben Salem aurait pu rester caché, mais il a préféré se montrer au grand public et de quelle manière !

Oussama Ben Salem, fils de ministre et de surcroit journaliste, a eu le courage de se rendre à Gaza, sous les bombardements israéliens ! Rien que ça ! Un intrus ? Loin de là ! Oussama Ben Salem a accompagné la délégation officielle des représentants de l’État, et à ses frais, S.V.P., comme il semble vouloir le faire entendre.

Nous serions quand même curieux de savoir combien coûte un voyage vers Gaza avec une délégation de ministres.

Oussama Ben Salem est un journaliste chanceux privilégié pour avoir été le seul représentant d’un média, en dehors de la TV Nationale à avoir pu faire ce déplacement à Gaza.

Oussama Ben Salem a eu droit à mieux que ça puisqu’il a pu participer au Conseil de la Ligue arabe. En voilà un qui fait mieux que Robert Fisk !

Oussama Ben Salem, sur le terrain, en pleine action, voilà qui suscite l’émerveillement ! Mais c’est le contraire qui a eu lieu. La présence du fils d’un ministre a provoqué indignation et critiques sur les réseaux sociaux. La polémique bat son plein et les rabat-joies n’ont pas lâché le morceau obligeant même l’intéressé à se justifier.

Mais comment peut-on se justifier lorsque l’erreur est flagrante. Samir Dilou, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits de l’homme et de la Justice transitionnelle a reconnu à demi-mot cette erreur, estimant qu’Oussama Ben Salem était là en tant que journaliste, mais qu’il n’avait pas à être présent, à la place réservée aux ministres, lors du Conseil de la Ligue arabe.

Slim Ben Hmidane, ministre des Domaines de l’État, a été, lui, plus franc en qualifiant la présence d’Oussama Ben Salem avec les ministres à une erreur avérée, à une bourde ! Il ne manquait que le mot « monumentale » !

Qu’en pense Rafik Abdessalem derrière lequel était assis le rejeton de Ben Salem lors de ladite réunion du Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères ?

Oussama Ben Salem (à droite) à Gaza avec la délégation officielle tunisienne, 17 novembre – photo FB

Commentaires: