Patrice Bergamini : « La Tunisie est le pays qui reçoit le plus d’argent public européen »

L’Ambassadeur de l’Union Européenne (UE) en Tunisie, Patrice Bergamini, était, ce vendredi 14 juin 2019, l’invité de la radio Express FM. Une occasion pour lui de déclarer en prélude qu’il reste le premier à faire confiance en la Tunisie en tant qu’ambassadeur de l’UE.

Il a, bien entendu, abordé plusieurs points concernant les relations entre la Tunisie et l’UE, révélant notamment que « la Tunisie est le premier partenaire de l’Europe et qu’à l’échelle mondiale, c’est elle qui reçoit le plus d’argent public européen par habitant », rappelant que « cette année encore, la Tunisie a reçu 305 million d’euros de dons ».

« Je peux vous garantir que la Tunisie reçoit plus que tout autre pays au monde par habitant, c’est pour dire à quel point en Europe, nous sommes conscients de la nécessité de soutenir encore et toujours la Tunisie. Nous restons conscients qu’en Tunisie, il se passe des choses exceptionnelles ».

Nouvelle assistance macro-financière de 150 millions d’euros

Il a abordé l’accord du Fonds monétaire international (FMI) pour le versement de la sixième tranche de prêt d’un montant de 247 millions de dollars à la Tunisie, et ce dans le cadre de son programme de prêts avec la Tunisie. Cela devant contribuer à débloquer des financements supplémentaires de la part des autres partenaires de la Tunisie, Bergamini a annoncé que « grâce à l’accord du FMI », l’UE est en train de travailler sur l’octroi d’une nouvelle assistance macro-financière d’un montant de 150 millions d’euros.

Il a ajouté que l’UE s’était également engagée avec l’Assemblée des Représentants du Peuple et le ministère des Finances, pour « faire adopter une loi organique sur le budget de l’Etat qui permettra à la démocratie d’avoir une vraie gouvernance économique démocratique et une loi organique sur la cour des comptes ».

« La Tunisie a inventé une troisième voie »

« La Tunisie a inventé une troisième voie, un autre modèle de gouvernance différent des modèles autocratique ou théocratique ». Il estime que c’est une chose unique parce que la Tunisie démontre, selon lui qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre l’islam et la démocratie.

« On aimerait qu’il y est plein de Tunisie dans la région mais il n’y en a qu’une, c’est pour ça qu’on met autant sur la table », a-t-il déclaré, signalant au passage qu’en Tunisie « il y a des talents qu’il faut encourager et soutenir (…). C’est ce que l’Europe essaie de faire en rassemblant tout le monde, parce que c’est ça qui est extraordinaire en Tunisie. Il y a de la place pour tout le monde ».

Commentaires: