Sécurisation des festivals : Les syndicats « recadrés » par le ministère de l’Intérieur

Dans un communiqué rendu public ce mardi 9 août, le ministère de l’Intérieur revient sur la polémique suscitée par le spectacle de l’artiste Lotfi Abdelli.

Le communiqué rappelle que seul le ministère de l’Intérieur est habilité à sécuriser les festivals et que les forces de l’ordre travailleront et assureront leurs missions sous le patronage des cadres sécuritaires.

Le département qui épingle ainsi, souligne qu’il est disposé à garantir le droit de l’accès à l’activité culturelle et s’engage à sécuriser les différentes manifestations culturelles et artistiques.

La position officielle du département est exprimée que par ses appareils, a-t-on également indiqué.

Lotfi Abdelli avait annoncé, selon une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, que c’était là « son dernier spectacle en Tunisie » après cette soirée houleuse dimanche dernier à Sfax. Les syndicats des forces de sécurité, quant à eux, comptent déposer une plainte contre l’artiste.

Ce qui a provoqué cette polémique ne sont autres que les déclarations des syndicats policiers. Ces derniers sont allés jusqu’à annoncer leur boycott des spectacles qui portent atteinte aux mœurs.

Le porte-parole du syndicat national des forces de sécurité intérieure, Chokri Hamada a d’ailleurs affirmé que « dorénavant, les forces de l’ordre refuseront de sécuriser les spectacles qui contiennent des atteintes aux mœurs ».

Le ministère de l’Intérieur a réagi à l’affaire Lotfi Abdelli en apportant un démenti en rapport avec ce qui a été diffusé concernant un refus d’assurer la sécurité du spectacle de l’artiste dimanche dernier à Sfax.

Dans un communiqué publié, lundi 8 août 2022, le ministère de l’Intérieur annonce également que le Parquet a décidé d’ouvrir une enquête sur les évènements survenus hier. Une enquête administrative a également été ouverte au sein du ministère de l’Intérieur, ajoute le département.

Commentaires: