Tunisie : Les magistrats entament leur quatrième semaine de grève

Les magistrats entament, ce lundi 27 juin 2022, leur quatrième semaine consécutive de grève. La décision de poursuivre leur mouvement a été prise, samedi, toujours en signe de protestation contre la révocation par le président de la République, Kais Saied de 57 juges.

La Coordination des structures judiciaires a indiqué, dans un communiqué, que ce mouvement a été décidé suite au refus de la présidence et du ministère de la Justice de répondre à leurs revendications.

Avec cette décision, les magistrats s’exposent à des retenues sur salaires, prévues par le ministère de la Justice, qui a également mis en garde quant à la possibilité de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre les magistrats grévistes.

Par ailleurs, la coordination des structures judiciaires a mis en garde, hier, le ministère de la Justice contre toutes mesures abusives ciblant les magistrats, soulignant sa prédisposition à y faire face par tous les moyens de lutte possibles à l’échelle nationale et internationale.

La coordination a également, dénoncé les pressions exercées par le ministère de la Justice, soulignant que la ministre s’est référée à des dispositions inconstitutionnelles et rappelant que le droit à la grève pour les magistrats, est garanti par la constitution et les conventions internationales.

La coordination a affirmé que la politique d’intimidation n’empêchera pas les magistrats de défendre l’indépendance du pouvoir judiciaire. Elle a, en outre, critiqué la fuite en avant du pouvoir exécutif au lieu d’ouvrir les portes du dialogue afin de parvenir à des solutions justes à cette crise.

Les magistrats réagissent au refus de retirer le décret présidentiel 516 portant révocation de 57 juges et réclament la suppression du décret-loi 35 amendant certains articles du texte portant création du conseil provisoire de la magistrature.

Commentaires: