Tunisie : Des organisations et des partis politiques saluent la dissolution du parlement

Dans une déclaration commune, plusieurs organisations et partis politiques ont estimé que la dissolution du parlement est une mesure inévitable « qui a épargné au pays de basculer dans le cercle de la violence et l’anarchie ».

Exprimant leur attachement à la tenue d’élections législatives le 17 décembre 2022, les signataires ont appelé à la nécessité de réviser la loi électorale et la Constitution, faire participer les forces nationales et démocratiques qui soutiennent le processus de rectification et de déterminer les responsabilités de tous ceux qui sont impliqués dans des faits de corruption.

Dans un contexte annexe, ils ont condamné les tentatives de faire appel à des forces étrangères, soulignant leur attachement à la souveraineté nationale et à l’indépendance de la décision afin de lutter contre les tentatives de l’étranger d’influencer les choix nationaux.

Notons que les signataires de la déclaration sont le mouvement La Tunisie en avant, le Courant populaire, Watad, le mouvement Echaâb, le mouvement Al-Baâth, le collectif citoyen Soumoud, le Front populaire unioniste et l’Union nationale de la femme tunisienne.

Le président de la République Kais Saied a annoncé, mercredi soir, la dissolution du Parlement après avoir recouru à l’article 72 de la Constitution pour préserver l’unité de l’Etat et la sécurité des Tunisiens.

Ledit article stipule que  « le Président de la République est le Chef de l’État et le symbole de son unité. Il garantit son indépendance et sa continuité et veille au respect de la Constitution ».

Commentaires: