Tunisie : Désormais, les spéculateurs risquent la perpétuité !

les personnes appartenant à des bandes impliquées dans des actes de spéculation risquent la perpétuité

Le nouveau décret portant sur la spéculation annoncé par le président de la République hier dimanche est paru ce lundi 21 mars 2022 dans le JORT.

Désormais, les spéculateurs risquent gros, notamment pour les bandes et les réseaux de trafic. Selon le document du décret publié en effet dans le JORT, les spéculateurs seront sanctionnés d’une peine de 10 ans de prison en plus d’une amende de 100 mille dinars.

Si la spéculation concerne des produits subventionnés par l’Etat, cette peine sera doublée. En cas de spéculation lors des périodes exceptionnelles ou lors des catastrophes, une peine de 30 ans de prison est réservée aux spéculateurs.

Toujours selon ce document, les personnes appartenant à des bandes, des réseaux de malfaiteurs ou des organisations criminelles impliqués dans des actes de spéculation risquent la perpétuité.

Lors d’un discours prononcé tard dans la nuit du dimanche 20 mars 2022, le président de la République Kais Saied a annoncé un ensemble de décrets-lois. 

Dans un contexte, et en marge du conseil des ministres, le président a annoncé la mise en place d’un décret relatif à la création d’une nouvelle catégorie d’entreprises, à savoir les coopératives populaires.

Saied a expliqué que ces entreprises permettront aux citoyens de lancer des projets, « et la jeunesse deviendra ainsi une source de ressources, pour que tout le monde sorte de la pauvreté et de la misère »..

Quant au deuxième projet de décret, il porte sur la lutte contre spéculation. Le locataire de Carthage a indique que ceci survient « afin que tous ceux qui veulent affamer le peuple portent leurs pleines responsabilités ». Le troisième décret signé porte sur la réconciliation pénale.

 

Commentaires: