Ennahdha appelle à une manifestation dimanche 6 février

Le bureau exécutif du mouvement Ennahdha a appelé à manifester le dimanche 6 février, en solidarité avec Noureddine Bhiri et pour exprimer son rejet de ce qu’il a qualifié de violations des droits et libertés.

Le parti a renouvelé sa demande de libération immédiate de Bhiri, imputant la responsabilité de sa sécurité au chef de l’État et au ministre de l’Intérieur.

Le mouvement a également accusé l’autorité en place d’être à l’origine de la détérioration des conditions de vie des citoyens, de la vague de hausse des prix, du retard dans le versement des salaires des employés du secteur public, et de ‘l’absence totale du gouvernement’.

Ennahdha a fermement condamné les tentatives de l’autorité basée sur la règle individuelle et approfondissant la crise politique et son incapacité à gérer le pays et à remplir les promesses de sauvetage.

Le mouvement a également appelé à mettre fin à la situation exceptionnelle, à reprendre la vie démocratique sous la légitimité constitutionnelle et à ouvrir un dialogue national global qui réalise la stabilité politique et gouvernementale, devenue incontournable.

Rassemblement et commémoration

Dimanche prochain, qui coïncide avec le 6 février, plusieurs partis politiques, associations et organisations nationales vont organisent à Place des droits de l’Homme à Tunis, un rassemblement sous le signe de la « Reddition des comptes » et ce, à l’occasion de la commémoration de cet assassinat, a annoncé à l’agence TAP le porte-parole du Courant populaire, Mohsen Nabti.

D’après lui, « la justice a failli à sa mission au cours des dix dernières années. Elle a omis d’ouvrir les vrais dossiers et de poursuivre les vraies personnes qui devaient rendre des comptes », a-t-il dénoncé, soulignant que l’affaire de l’assassinat de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi est la preuve de « l’échec de la justice ».

Commentaires: