Human Rights Watch appelle à la « libération immédiate » de Bhiri


Les autorités tunisiennes devraient immédiatement libérer l’ancien ministre de la Justice, Noureddine Bhiri, actuellement en détention arbitraire, a déclaré Human Rights Watch ce vendredi 7 janvier 2022.

« Des policiers en civil ont arrêté Nourredine Bhiri le 31 décembre 2021 devant son domicile à Tunis et l’ont fait monter de force dans leur véhicule, sans présenter de mandat d’arrêt. Sa famille n’a pas su où il se trouvait jusqu’à ce qu’il soit emmené dans un hôpital de Bizerte le 2 janvier 2022, où il est toujours, placé sous surveillance policière », dénonce l’organisation.

« Les détentions de Noureddine Bhiri et de Fathi Beldi, qui s’apparentent à des enlèvements, témoignent de la menace croissante qui pèse sur la protection des droits humains depuis la saisie de pouvoirs additionnels par le président Saïed en juillet dernier », a déclaré Eric Goldstein, Directeur exécutif par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

« Les autorités devraient libérer Bhiri et Beldi maintenant ou, si elles ont la preuve d’un crime réel, les inculper conformément à la loi. C’est aussi simple que cela », a-t-il encore dit.

Commentaires:

Commentez...