Tunisie : 45 ingénieurs risquent la prison après avoir signé des contrats avec l’État

Le porte-parole de l’Association nationale des petites et moyennes entreprises, Abderazek Houas, a déclaré que 130 mille entreprises ont fait faillite et sont incapables de payer les salaires ni d’assurer leurs responsabilités envers les banques.

Dans une déclaration accordée à la radio nationale, Houas a déclaré que 45 ingénieurs ont été condamnés à des peines de prison après avoir signé des contrats avec l’État (les ministères de ‘Emploi et de l’équipement) pour une durée de 3 ans.

Ces ingénieurs ont bénéficié de prêts de la part de la Banque tunisienne de Solidarité, à payer sur une durée de 7 ans, sauf qu’ils n’ont pu payer les échéances et ont donc été impliqués dans des affaires des chèques sans provision.

Il a poursuivi que ces ingénieurs ont signé les contrats avec l’État pour améliorer et entretenir les routes, mais qu’un retard a été observé au niveau du remboursement, bien que traiter avec l’État dans de tels accords publics nécessite que des fonds soient alloués.

Houas a déclaré que le retard de l’État à décaisser leur argent leur a causé des problèmes majeurs, notant que le prêt alloué comme aide en raison de la pandémie, qui vaut 5 mille dinars, a été automatiquement retiré de leurs comptes bancaires, compte tenu des dettes qu’ils devaient et en raison de leur incapacité à payer les échéances du prêt.

Il a estimé que la solution pour sauver ces ingénieurs de la prison est de prolonger les accords et de séparer les grandes des petites transactions.

Commentaires:

Commentez...