La reprise du secteur bancaire menacée par la situation politique, estime Fitch Ratings

L’agence de notation financière internationale Fitch Ratings a publié une note sur la Tunisie. Intitulée « l’amélioration des bénéficies des banques tunisiennes au premier semestre 2021 cache des risques accrus », cette note fait office d’avertissement.

En effet, « la reprise du secteur bancaire pourrait être menacée par la situation politique fragile de la Tunisie, l’expiration des mesures d’allègement de la dette et le passage à la norme de comptabilisation des instruments financiers IFRS 9 », a averti Fitch Ratings.

L’agence de notation pointe ainsi une perspective « négative » de l’environnement dans lequel opèrent les banques tunisiennes, ce qui dénote certains risques liés aux faiblesses macroéconomiques de la Tunisie (notation souveraine affaiblie B-Négatif).

« Les risques de liquidité budgétaire et extérieure sont exacerbés par la conjoncture politique dans le pays et les retards pris dans la conclusion de l’accord de financement avec le Fonds Monétaire International (FMI) », peut-on lire dans cette note publiée par l’agence TAP.

Fitch Ratings estime, en outre que le PIB de la Tunisie n’augmentera que de 3,4% en 2021 après une forte contraction de 9,3% en 2020 et s’attend à une détérioration de la qualité des actifs des banques tunisiennes, et ce, en raison notamment de l’expiration du programme de report des échéances des prêts, le 30 septembre 2021.

Le passage à la norme IFRS 9 à compter de la fin de l’exercice 2021, pourrait impacter lourdement les indicateurs de qualité des actifs déclarés, ce qui nécessite des provisions supplémentaires, estime également l’agence de notation.

Commentaires:

Commentez...