Espérance ST : « Qui assume la responsabilité de l’échec en LDC, Meddeb ou Chaâbani ?

A l’EST, le linge sale se lave en famille. « Et ce n’est pas pécher que pécher en silence », dira Molière. Preuve nous a été donnée lors l’élaboration de ce dossier où plusieurs enfants du club, dont nous tairons les noms, ont préféré ne pas se prononcer sur ce sujet pour, disent-ils, ne pas susciter les sensibilités des uns et des autres.
Reste que l’échec de l’EST en LDC, bien qu’elle ne souffre aucune contestation, continue de défrayer la chronique du côté du Parc B. Un événement au sens propre du terme pour ceux parmi les inconditionnels qui caressaient le vœu de voir leur équipe brandir un cinquième trophée de la plus prestigieuse des compétitions africaines. Les critiques sont adressées tantôt à l’administration du club, représentée par son président Hamdi Meddeb, tantôt au staff technique, à sa tête Mouine Chaâbani.
Une frange du public espérantiste conteste la stratégie du club suivie par Meddeb qui, à ses yeux, avait rompu avec les fondamentaux, tels que la formation des jeunes, le ciblage des recrues, un projet de jeu applicable à toutes les catégories, une identification rigoureuse au niveau des besoins de l’équipe Seniors, etc. Pour certains, Hamdi Meddeb est usé par le pouvoir et aurait dû, selon leurs dires, quitter le navire et laisser la place à d’autres hommes d’affaires, avec de nouvelles idées et une structure plus développée.
Une autre partie du public, bien qu’elle adhère au sentiment de l’usure du président Hamdi Meddeb, trouve que le staff technique de l’EST, à sa tête Chaâbani, est le premier responsable de l’échec. On lui conteste sa gestion de l’effectif, son conservatisme, son manque de réactivité par rapport aux besoins de l’équipe et les choix des recrues, les défaites essuyées dans les grandes manifestations (2 Super-coupes d’Afrique, 2 Coupes du monde des clubs, 1 Coupe arabe).
Ceux qui ont bravé le silence et nous ont accordé cet entretien s’accordent à dire que l’échec en LDC ne doit pas remettre en cause le travail accompli jusque-là. Lisons-les. (Chahir CHAKROUN)

Abdelmajid Ben Mrad :
« Doit-on remporter chaque saison le trophée africain ? »

« Il me semble que c’est tout à fait normal que supporteurs, techniciens et journalistes usent comme matière de discussion l’échec de l’Espérance Sportive de Tunis en Ligue de Champions pour la deuxième année consécutive. A mon avis, il ne s’agit pas d’une crise, c’est un simple échec qui arrive dans le football lors des différentes compétitions.

L’EST est-il appelé à remporter chaque saison le trophée africain ? Nous avons quitté la compétition lors des demi-finales et on n’a pas honte si l’adversaire était plus costaud le jour J et on était passé à côté. Les grands clubs chutent, se relèvent et travaillent davantage pour progresser.

Néanmoins, il faut prendre le temps de voir ce qui n’a pas marché et essayé d’y remédier. Il ne faut jamais remettre en question tout ce que l’équipe de Hamdi Meddeb a réalisé, car le bilan des « Sang et Or » sous sa direction est très honorable. Quant à Mouine Chaâbani, ce jeune entraîneur a réalisé en peu de temps ce que ses prédécesseurs chevronnés ne l’avaient pas atteint.

N’oublions pas qu’avec cette même équipe dirigeante et le même coach, quand la matière première était là, je veux dire Kom, Blaîli, Bguir, Badri et Kénissi au top, le club de Bab Souika a fait trembler l’Afrique.Il faut reconnaître, quand même, aujourd’hui, que la seule défaillance c’est la qualité des joueurs recrutés qui n’étaient pas à la hauteur des attentes et qui avaient « handicapé » la stratégie tracée par Chaâbani. Ceci dit, actuellement, tous les vrais espérantistes doivent s’unir pour soutenir leur club et repartir pour la reconquête de l’Afrique »

José Clayton
« Tout ce bruit pour une élimination »

« Ce qui se passe à l’EST est tout à fait normal, ça arrive à tout le monde. Le club se fixe des objectifs, fournit les moyens et lance un défi, ensuite on peut réussir, on peut échouer c’est ça le football, il ne faut pas s’arrêter en milieu de chemin, il faut rebondir, persévérer, se remettre en question, essayer de se corriger et de se perfectionner : tel est le destin des grands clubs, le Real de Madrid en est le meilleur exemple.

Toutefois, il faut reconnaître que, comme je connais bien le Parc B, l’échec en Ligue des Champions est une tempête passagère qui donnera plus de volonté pour repartir de bon pied. D’ailleurs, l’administration de Hamdi Meddeb a commencé à bouger pour rectifier le tir et remédier aux erreurs commises, sincèrement je ne comprends pas tout ce bruit à cause de l’élimination à un stade avancé de la compétition, il n’y a pas le feu à la baraque, l’EST a besoin d’un sang nouveau et je suis convaincu que tout va s’arranger et le train reprendra sa marche. »

Mrad Mahjoub
« Meddeb et Chaâbani n’y sont pour rien »

« A mon avis, la raison principale de l’échec de l’EST en Ligue des Champions n’est ni administrative ni technique, car le club a pris un avantage considérable par rapport aux autres clubs du championnat.

Le président Hamdi Meddeb et le coach Mouine Chaâbani n’y sont pour rien, le bilan joue en leur faveur. La seule raison c’est que notre championnat tire vers le bas. Le calendrier est chambardé à plusieurs reprises, on ne prend pas en considération les échéances africaines de nos clubs, rappelez-vousl’ESS et le CSS qui ont demandé le reportd’un match de championnat pour pouvoir disputer un match de la Coupe de la CAF et l’EST qui sacrifie un classico pour une confrontation africaine.

Le rythme est saccadé : parfois infernal (mercredi et samedi), parfois arrêt brutal, toutes ces décisions erronées influent sur le rendement de l’EST, ajoutez à cela l’absence du public qui était l’artisan N°1 du trophée de 2018, la chute des « Sang et or » était annoncée (défaite concédée en championnat au CAB et à l’ESM) et en LDC victoire dans la douleur face à Belouiezded.

Néanmoins, je crois que les dirigeants doivent remédier aux lacunes, revoir les contrats des joueurs et faire de bons recrutements. Quant à Chaâbani, il ne faut pas lui en vouloir, il a réalisé un parcours honorableet il mérite d’être récompensé pour les titres qu’il a ramenés au club. (Propos recueillis par Fayçal SMATI)

Tunis-Hebdo du 12/07/2021

Commentaires:

Commentez...