« Nous sommes passés à la médecine de catastrophe », témoigne Dr. Boujdaria

CP : AP

Dr. Rafik Boujdaria, chef de service à l’hôpital Abderrahmane Mammi, a mis en ligne un post Facebook dans lequel il a averti contre la dégradation de la situation dans les hôpitaux du Grand-Tunis.

En effet, il a affirmé que ces hôpitaux, sous pression, sont débordés et sont hors de leur capacité appelant les autorités à intervenir.

« Une pression énorme sur les urgences des hôpitaux du Grand-Tunis, nous sommes passés à la médecine de catastrophe », a-t-il témoigné, appelant les citoyens à les aider en se protégeant contre le virus.

Il y a deux jours, Dr. Rafik Boujdaria a fustigé les mesures annoncées hier, pour lui il faut s’attendre un été très difficile.

Pour ce médecin, c’est la logique politique qui a été privilégiée en traitant l’actuelle situation épidémiologique. « Nous continuons avec les mêmes mesures en faisant avancer le couvre-feu, il faut s’attendre à un triste été, à de nouvelles victimes dans les hôpitaux et dans les cimetières », a-t-il posté. Si vous voulez survivre, opter pour le confinement vous-même, a-t-il également ajouté.

Dans un vidéo partagée sur les réseaux sociaux, on voit l’hôpital Mongi Slim à la Marsa recevoir plusieurs malades. Ses urgences sont littéralement débordée alors que dans une même unité on voit plusieurs malades.

Commentaires:

Commentez...