Coronavirus : 6 cas d’infection au variant indien détectés en Tunisie

Le ministère de la Santé annonce, dans un communiqué publié, dans la soirée de ce mercredi 23 juin 2021, la détection de six cas d’infection par la souche indienne du coronavirus.

Le ministère de la Santé précise que les opérations de séquençage se poursuivent jusqu’à ce que les résultats définitifs des cas d’infection par la souche indienne soient connus.

Comme il annonce que la commission scientifique de lutte contre le Covid-19 doit se réuni demain pour examiner les résultats du séquençage génétique et proposer les mesures qui s’imposent.

Rappelons qu’un peu plus tôt dans la journée, le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi avait démenti l’information selon laquelle un cas d’infection au variant indien avait été enregistré précisant que les autorités sanitaires avaient découvert un cas contaminé par la souche brésilienne.

Idem pour le directeur de l’Institut Pasteur et président du comité de pilotage de la campagne nationale de vaccination, Hechmi Louzir qui a nié la découverte de contaminations par le variant indien en Tunisie.

Il convient de rappeler que Sami Mourali, membre du comité scientifique et chef du comité médical de l’hôpital La Rabta avait annoncé ce matin l’enregistrement du premier cas de contamination par le nouveau variant indien provoquant une vague de panique en Tunisie.

Le variant indien : Delta et Kappa

Le variant, appelé par le nom de sa lignée, B.1.617, a été baptisé Delta et Kappa. Ce variant a été détecté dans l’ouest de l’Inde en octobre dernier. Il est qualifié de « double mutant » parce qu’il est notamment porteur de deux mutations préoccupantes au niveau de la protéine de pointe (« spike ») du virus Sars-CoV-2.

Ses caractéristiques font craindre qu’il soit plus « résistant » face aux vaccins actuels contre le Covid-19, développés pour reconnaître la protéine spike des souches précédentes du coronavirus.

Il s’agit aussi d’un variant plus contagieux, qui facilite une augmentation du nombre de contaminations, à l’heure où de nombreux pays tentent de juguler une troisième ou une quatrième vague de l’épidémie.

Commentaires:

Commentez...