Tunisie : 20% des cliniques privées vont déclarer faillite avant la fin de l’année

La crise sanitaire et les dettes semblent avoir mis à genoux une bonne partie des cliniques privées en Tunisie.

A en croire le président du Syndicat national des cliniques privées, Boubaker Zkhama, près de 30% des établissements sanitaires privés sont menacés de faillite, tandis que 20% d’entre eux sont déjà en phase de faillite.

Dans une déclaration au journal Assabah publiée ce mardi 25 mai 2021, Zkhama a confirmé qu’environ 20% de ces cliniques devraient annoncer leur fermeture définitive avant la fin de cette année si la même politique se poursuit et que les parties au pouvoir demeurent incapables de trouver des programmes pour sortir le pays de la crise.

En plus des difficultés rencontrées avec les structures de l’Etat et évoquées par Zkhama, les propriétaires des cliniques privées attendent, depuis des années, une solution aux dettes de citoyens libyens qui accablent la situation financière de 55 établissements.

Ces dettes, rappelons-le, se sont accumulées de 2011 jusqu’à la fin de 2016.

En 2017, lles autorités libyennes s’étaient engagées à payer le premier versement de ces dettes mais n’avaient pas respecté leurs engagements. Le montant qui était censé être payé représentait seulement près de 15% des dettes auprès des cliniques privées en Tunisie, dont la valeur est d’environ 270 millions de dinars tunisiens.

Quelques mois plus tard, on annonçait que la Libye a commencé à rembourser ses dettes aux cliniques tunisiennes, sous forme d’acomptes provisionnels.

A ce jour, les créances à la solde des patients libyens restent impayées. Toutefois, la récente visite effectuée par le Chef du gouvernement à Tripoli a redonné espoir à la chambre syndicale nationale des cliniques privées.

Représentée au sein de la délégation officielle, les responsables ont discuté avec les parties libyennes des frais de soins de leurs citoyens et les moyens de leurs paiement.

Commentaires:

Commentez...