Grippe équine : Trois foyers de contamination à l’Ariana et à la Manouba

La grippe est une maladie extrêmement contagieuse qui frappe les chevaux. Elle peut atteindre en quelques heures la plupart de l’effectif d’une écurie. La transmission est principalement directe (entre chevaux), le virus étant peu résistant dans le milieu extérieur, mais peut être aussi indirecte via le matériel ou les personnes.

La transmission se fait par inhalation de particules aérosols émises par les chevaux malades en toussant. Un cheval atteint excrète une très grande quantité de virus. Ces particules aérosols peuvent être transportées très loin.

Le médecin vétérinaire à la direction générale des services vétérinaires, Mohamed Ali Bannour, affirmé, lundi, qu’il existe trois foyers de contamination de la grippe Equine (deux dans le gouvernorat de l’Ariana et un dans le gouvernorat de Manouba).

Il a ajouté dans une déclaration à l’Agence TAP, que cette maladie, qui a infecté jusqu’à présent 158 chevaux ne se transmet pas à l’homme mais elle se propage rapidement.

Et de préciser que les chevaux sont actuellement soumis, quotidiennement, à un contrôle sanitaire vétérinaire par les médecins vétérinaires relevant des commissariats régionaux au développement agricole, pour contrôler leur état de santé et de leur accorder les vaccinations nécessaires afin de réduire la gravité de la maladie.

Les symptômes de la grippe équine sont principalement caractérisées par une température élevée, écoulement nasal, toux et manque de nourriture, appelant les vétérinaires des secteurs public et privé de tous les gouvernorat de la République à contacter les médecins vétérinaires dès que l’apparition des premiers symptômes afin d’effectuer les analyses nécessaires, étant donné qu’il existe une similitude dans les symptômes de cette maladie avec d’autres maladies infectieuses.

Bannour a souligné la nécessité de vacciner les animaux sains selon le protocole vaccinal utilisé, considérant que la vaccination est la solution la plus efficace pour protéger les animaux, en respectant les procédures de biosécurité dans les étables, notamment en ce qui concerne la mobilité d’animaux et des ouvriers et la mise en quarantaine de l’écurie ou de l’établissement pendant une période de 21 jours à compter de la date de la dernière maladie.

Commentaires:

Commentez...